Mandela se rétablit après une opération pour des calculs biliaires

Nelson Mandela récupérait dans un hôpital de Pretoria après une opération samedi de calculs biliaires qualifiée de succès, huit jours après son hospitalisation pour une infection pulmonaire, a annoncé la présidence sud-africaine.

"Ce 15 décembre 2012 au matin, l'ancien président a subi une endoscopie au cours de laquelle des calculs biliaires ont été retirés", indique un communiqué, ajoutant que l'opération a été "un succès" et que M. Mandela "se rétablissait". "Le processus a été un succès et Madiba est en train de récupérer", poursuit le communiqué, utilisant le surnom par lequel Mandela est affectueusement appelé par les siens et par la population.

L'ancien dirigeant, âgé de 94 ans, est hospitalisé depuis le samedi 8 décembre dans Pretoria. De premiers examens avaient révélé qu'il souffrait de la réapparition d'une infection pulmonaire. "L'équipe médicale avait décidé de soigner une infection pulmonaire avant de fixer une date pour soigner les calculs biliaires", a ajouté le communiqué. Il est actuellement traité dans un hôpital privé, la Medi-Clinic Heart Hospital, du centre de Pretoria.

Un médecin sud-africain a expliqué à l'AFP que les calculs biliaires ne relèvent pas d'une grave maladie et que cette pathologie "peut arriver à tout le monde". "Cela survient quand la bile s'accumule et forme des cristaux. Les calculs peuvent être douloureux", a expliqué le Dr Mark Sonderup, vice-président de l'Association médicale sud-africaine.

Concernant l'opération subie par Nelson Mandela, le professeur français Frédéric Aubrun, chef du service anesthésie-réanimation de l'hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon centre-est de la France), relève les risques liés à l'anesthésie. "En matière d'anesthésie, l'âge en lui-même est un facteur de risque, mais les techniques d'administration des agents anesthésiques se sont affinées depuis quelques années. On peut aujourd'hui mieux doser et faire en sorte que les risques soient moins importants".

Le professeur Aubrun met en parallèle ces risques et les bénéfices d'une opération. "A 94 ans, tout est un stress supplémentaire, la chirurgie en elle-même et l'anesthésie (...) si les médecins sud-africains l'ont opéré c'est parce qu'il y avait un bénéfice, que la balance bénéfices-risques penchait du côté des bénéfices. Le retrait de calculs biliaires par endoscopie est moins invasif qu'une chirurgie, il n'en demeure pas moins qu'il faut une anesthésie générale." Délais de récupérations variables

Par ailleurs, "il y a toujours des risques de récidive" pour ce type de pathologies, selon ce professeur. Pour réduire les risques de récidive, la vésicule biliaire est parfois enlevée (mais cela n'est pas mentionné dans le cas de Nelson Mandela). Concernant le délai de récupération, il préfère rester très prudent: "Ce délai dépend de l'importance du geste et des antécédents du patient."

Ce délai peut être assez long si le patient prend des médicaments ou a eu des antécédents très lourds, mais peut être de seulement quelques jours si ce n'est pas le cas et que le geste d'extraction a été rapide.

La présidence a appelé au respect de la vie privée pour Madiba et sa famille. Des médias locaux et internationaux ont commencé à camper aux abords de son domicile de Johannesburg, à la suite de rumeurs annonçant sa prochaine sortie d'hôpital.

Ce séjour actuel est le plus long de Nelson Mandela à l'hôpital depuis janvier 2011. Nelson Mandela avait alors passé deux jours à l'hôpital pour une infection aux poumons, probablement liée aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant ses dix-huit ans passés sur l'île-prison de Robben Island, au large du Cap.

Mandela a quitté la présidence sud-africaine après un seul mandat. En 2004, il avait annoncé qu'il se retirait de la vie publique. Sa dernière apparition en public date de 2010, pour la finale de la Coupe du monde de football.

© 2012 AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau