Le Pape exige une forte «détermination» dans la lutte contre les prêtres pédophiles

Le pape François veut que l'Église catholique agisse «de manière décisive» pour en finir avec les abus sexuels commis par des prêtres sur des enfants et s'assurer que leurs auteurs soient tenus responsables de leurs actes.

pape-4.jpg

Le premier acte de gouvernement du pape François vient de tomber. Il concerne les prêtres pédophiles contre qui le Pape accentue la politique de «tolérance zéro» lancée par Benoît XVI. En rencontrant, vendredi matin, le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le prélat allemand Gerhard Ludwig Müller, en charge de ces questions, le nouveau Pape lui a demandé - «dans la ligne voulue par Benoît XVI» - de bien vouloir «agir avec détermination» pour tous «cas d'abus sexuels».

Dans un communiqué - rarissime à l'issue d'un tel entretien, mais qui démontre aussi une nouvelle façon de travailler et de communiquer - le Vatican précise que le Pape a aussi demandé à ce prélat de «surtout promouvoir les mesures de protection des mineurs et l'aide à ceux qui ont souffert de telles violences dans le passé». Sans oublier un effort similaire à conduire pour mener à bien «les procédures à mener à l'encontre des coupables».

Le nouveau Pape souhaite également que les conférences épiscopales (l'échelon hiérarchique national de l'Église catholique) «s'engagent dans la publication et la mise à jour des directives nécessaires en ce domaine».

Victimes d'actes pédophiles

Dans l'esprit du nouveau Pape l'enjeu est «tellement important» qu'il affecte directement «le témoignage de l'Église et sa crédibilité». Juste avant la tenue du conclave, il y a un mois, plusieurs associations d'aide aux victimes de prêtres pédophiles étaient venues manifester jusqu'à Rome. Elles avaient contesté la participation de plusieurs cardinaux au conclave parce qu'elles les considéraient impliqués, de près ou de loin, dans la couverture de prêtres pédophiles.

Le pape François se veut proche des victimes de ces actes pédophiles commis par le clergé, comme l'indique la conclusion du communiqué: «Le Saint Père a assuré que les souffrants et les victimes des abus sont présents de manière particulière dans son attention et dans sa prière.»

Un Congrès international qui s'est déroulé à Fresing (Allemagne) en octobre 2012 sous l'égide du Vatican a démontré que 70% des 113 conférences épiscopales dans le monde ont établi des directives pour le traitement des abus sexuels dans l'Église. Pour les deux Amériques, toutes les conférences épiscopales ont répondu à l'exigence de Benoît XVI de disposer de normes de procédure en cas d'abus sexuels.

Pour l'Afrique, plus de la moitié ne l'ont pas encore fait. Pour le continent européen, il manque encore sept conférences épiscopales: Bulgarie, Croatie, Lettonie, Roumanie, Hongrie, Biélorussie et Turquie.

En mai 2011, la Congrégation pour la doctrine de la foi avait donné un délai d'un an aux conférences épiscopales du monde entier pour la mise en place de normes en matière d'abus sexuels. En mai et juin 2012, des rappels ont été adressés à celles qui n'en disposaient pas encore. La plupart des pays occidentaux disposaient déjà de telles procédures depuis la fin des années 1990.

lefigaro.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau