"Halte à la haine" : les célébrités en guerre contre Donald Trump

Jane Fonda, Michael Moore, Harry Belafonte ou encore Rosanna Arquette dégainent une pétition contre le candidat à la primaire républicaine.

Les célébrités américaines partent en guerre contre Donald Trump. Plusieurs d'entre elles ont mis en ligne mercredi une pétition afin de dénoncer les dérives oratoires du candidat à la primaire républicaine. Nom de code de cette contre-offensive : "StopHateDumpTrump".

C'est aussi le nom du site où l'on retrouve, déjà, les signatures des acteurs Harry Belafonte et Danny Glover, des actrices Kerry Washington, Jane Fonda et Rosanna Arquette, des réalisateurs Jonathan Demme et Michael Moore, ou encore de la chanteuse Macy Gray.

Cette pétition, dont l'intitulé signifie "Halte à la haine, débarrassons-nous de Trump" a été lancée par Eve Ensler, auteur de la pièce "Les Monologues du vagin", la productrice de documentaires Jodie Evans et l'universitaire Kimberlé Crenshaw.

L'appel, auquel s'est jointe l'éternelle militante des droits de l'homme Angela Davis, 71 ans, commence par ces mots :

"Nous croyons que Trump est une grave menace pour la démocratie, la liberté, les droits de l'homme, l'égalité, le bien-être de notre pays et de notre peuple. Nous avons vu Trump inciter à la haine contre les musulmans, les immigrants, les femmes, les personnes handicapées."

Dénonçant le penchant pour "l'intimidation et l'alarmisme" du candidat, le texte est un engagement "à prendre la parole de toutes les manières possibles contre la politique de haine et d'exclusion qu'il représente".

Eve Ensler précise : "Nous offrons aux Américains la possibilité d'être entendus et d'agir, alors que la campagne de Trump gagne du terrain tout en usant toujours plus de son discours de haine et de division. Nous voulons aussi prévenir les politiques et les médias qu'ils ont une responsabilité dans la normalisation du discours extrémiste de Trump en le traitant comme du divertissement."

Entreprises

Ce jeudi 21 janvier dans la matinée, 2.152 personnes avaient déjà signé cet appel tandis qu'une autre pétition visant à pousser de grandes entreprises à cesser de faire affaires avec Donald Trump avait récolté plus de 85.500 signatures.

Dans ses allocutions, Donald Trump s'est tristement illustré en sous-entendant que les immigrés mexicains comptaient dans leurs rangs une majorité de "criminels" et de "violeurs". Le tribun américain a également promis, dans l'hypothèse où il serait élu, qu'il fermerait les frontières desEtats-Unis aux ressortissants étrangers de confession musulmane.

Jean-Frédéric Tronche

Jean-Frédéric Tronche

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau