Fécafoot : Blatter félicite Iya Mohammed, la justice camerounaise se tient prête…

Après la réélection plébiscitaire d’Iya Mohammed à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), le président de la FIFA Joseph Blatter lui a adressé ses félicitations dans les termes les plus chaleureux, selon une information en provenance de la Fécafoot ce mardi 25 juin.

sepp-blatter.jpg

Alors que Blatter se tiendrait prêt à rencontrer le patron de la Fécafoot qui est en garde à vue depuis deux semaines, la justice camerounaise est alertée pour une fraude de grande ampleur qui aurait entachée l’élection du président de la Fécafoot. Bonne nouvelle pour Iya Mohamed. Le président de la Fécafoot nouvellement réélu avec 97 voix sur 98 exprimées, peut délecter, depuis sa détention préventive en attente d’un procès pour abus financiers, l’onction que lui donne le patron de la FIFA en personne. Mauvaise nouvelle : des nuages sombres survolent désormais cette élection depuis que l’une des candidates malheureuses dénonce avoir tenté d’acheter des votes et que certains membres de l'assemblée générale de la Fécafoot auraient accepté son argent...

L’éloge de Blatter à Iya Mohamed

La lettre que Joseph Blatter a adressée à Iya Mohammed, telle que révélée par la Fécafoot, ne fait aucun mystère sur la confiance absolue dont la FIFA témoigne au président de la Fédération du football camerounais. Ceci, malgré, ou peut-être en raison des conditions rocambolesques de sa réélection. Candidat haï par le pouvoir politique au Cameroun qui l’a fait écrouer pour des malversations financières présumées à la Société nationale de développement du coton (Sodécoton) dont il est le directeur général, Iya Mohammed a jouit tout au long de sa « campagne électorale » d’une attitude plus que bienveillante de la part de l’instance mondiale du football.

C’est grâce à la FIFA, qui tient en horreur les interventions du pouvoir politique, qu’Iya Mohammed, même en détention provisoire, a pu maintenir sa candidature et que l’élection a pu avoir lieu dans la nuit du 19 juin après avoir été annulée une première fois par le gouvernement camerounais le 25 mai. La victoire d’Iya Mohamed, plébiscité à la tête de la Fécafoot pour un nouveau mandat, tel un pied de nez envers tous ceux qui avaient voulu sa chute définitive, ne pouvait ainsi laisser indifférents les dirigeants de la FIFA. Blatter se montre dithyrambique lorsqu’il s’adresse à Iya Mohammed en ces termes : « votre réélection est clairement un vote de confiance en vos capacités de la part de la communauté footballistique camerounaise…Je suis convaincu que votre riche expérience, vos connaissances et vos qualités personnelles auront un impact significatif sur le développement stable du football au Cameroun ». « Une prochaine rencontre » entre les deux hommes est même évoquée dans le courrier de Joseph Blatter, tel que rapporté par Fécafoot.

Une élection controversée

L’encre du courrier du patron de la FIFA n’est pas encore sèche, qu’une nouvelle polémique, extrêmement grave en apparence, secoue l’élection du président de la Fécafoot. Cette fois-ci, ce n’est pas Iya Mohamed qui est directement en cause, mais un certain nombre des membres de l’assemblée générale de la Fécafoot, qui ont participé au vote. L’accusation de corruption émane de Marlène Emvoutou, rivale malheureuse d’Iya Mohamed dans la course à la tête de la Fécafoot. Dans un message laissé sur son compte facebook au lendemain de l’élection, elle cite les noms des personnes qu’elle dit avoir payées pour avoir leurs votes, en vain d’ailleurs.

Parmi ces noms figure même celui de Seidou Mbombo Njoya devenu premier vice-président, et qui assurera l’intérim à la tête de la Fécafoot pendant la détention du président Iya Mohamed. De quoi faire annuler l’élection si ces graves accusations étaient étayées par la justice camerounaise qui a lancé une enquête. Des personnalités sportives connues pour leur franc –parler comme Joseph Antoine Bell, ancien international camerounais, n’hésitent pas d’ailleurs à prédire que « cette élection va être annulée parce que le processus a été entaché de fraudes depuis le début ». La saga Fécafoot ne semble pas prête de se terminer…

@Par RFI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau