Crise centrafricaine: Le retour des troupes camerounaises

Les soldats du pays de Paul Biya qui se sont déployés en Centrafrique, pour sauver le régime de François Bozizé, ont regagné le Cameroun.

Signalons que les rebelles de la Séléka ont pris les armes le 10 décembre 2012. L’ouverture des hostilités a été motivée par le non respect des accords paraphés durant la période 2007 /2011, dans le cadre du dialogue inter centrafricain. Faisant route vers Bangui, les maquisards centrafricains se sont rapidement emparés des cités névralgiques : Kaga Bandoro, Bambria et Bria. Devant cette avancée spectaculaire, le Président Idriss Deby Itno n’est pas resté insensible et a dépêché ses soldats en Centrafrique. Plus tard, la Force Militaire d’Afrique Centrale en abrégée FOMAC, mise sur pied en 2008, a suivi le mouvement, tout en bénéficiant de l’appui logistique de la France et l’Afrique du Sud.

Il faut souligner qu’au début du conflit, l’Hexagone et les pays de la région avaient estimé que leurs troupes ne pouvaient pas s’investir en République centrafricaine. Pour ramener la paix au royaume des pierres précieuses, des pourparlers ont été organisés à Ndjamena et à Libreville. Ces négociations ont débouché sur les Accords de Libreville. La formation d’un Gouvernement d’Union Nationale en Centrafrique est effective. Mais les esprits demeurent surchauffés de telle manière qu’à tout moment les combats peuvent reprendre. Pourquoi dans ce climat tendu, les troupes camerounaises ont choisi de se retirer ? Du côté des autorités camerounaises, nul ne veut fournir les raisons de ce retour que nombre de gens trouvent prématuré.

© Lucien EMBOM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau