Crise centrafricaine: Idriss Deby Itno le gendarme de l’Afrique Centrale

idriss.jpeg

Les chefs d’Etats africains ne cesseront jamais de nous surprendre au fil des années. Au lieu de se pencher sur les problèmes de leurs populations, nos gouvernants pour satisfaire les intérêts syndicaux ont choisi de secourir leurs pairs en difficulté. C’est le cas de Deby Itno qui ne parvient pas à réconcilier les fils de son pays. Le dirigeant tchadien est confronté à plusieurs factions de rebelles, au point où certaines régions de sa nation échappent à son contrôle. Si la puissance de feu de son armée était avérée, il n’aurait pas sollicité l’intervention de la France pour sortir de l’étau des maquisards tchadiens.

On se souvient que les rebelles ont failli renverser son régime en cette année qui s’achève. Mais chaque fois que ça brûle en République centrafricaine, l’homme envoie ses troupes pour sauver les meubles. Par le passé, son ami Jean Pierre Mbemba a joué le même rôle afin de stabiliser le régime d’Ange Félix Patassé. Le chef de guerre congolais a été accusé de crime de guerre. Et tout le monde sait ce que l’histoire lui a réservé par la suite.

C’est avec une facilité déconcertante que les militaires tchadiens entre en Centrafrique et en ressortent sans laisser les plumes, bénéficiant du silence des grandes puissances mondiales et de l’Union Africaine. Autrefois dans le conflit congolais lorsque Kabila père a sollicité l’aide des troupes angolaises pour venir à bout de la rébellion, des voix se sont levées pour le fustiger brandissant la notion d’ingérence. Quand il s’agit de l’armée d’Idriss Deby qui agit en méprisant les frontières, personne n’ose lever le petit doigt.

Des informations recueillies sur le terrain indiquent le président tchadien serait au centre de l’instabilité centrafricaine. Le dictateur serait à la fois pompier et pyromane. On lui prêterait des liens étroits avec certains opposants au régime de François Bozizé. Ce qui lui permet de fragiliser le voisin chaque fois que celui-ci essaie de le contrarier. La preuve, Deby abrite en ce moment à Ndjamena une réunion sous régionale sur la crise centrafricaine. C’est aussi ça la politique politicienne.

© Lucien EMBOM | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau