Coup d´Etat en RCA: François Bozizé a trouvé refuge au Cameroun

bozize-rca3003x300-1-1.jpg

"Oui, il a atterri là-bas", a confirmé à Xinhua le ministre camerounais de la Défense, M. Edgard Alain Mebe Ngo'o, joint par téléphone dimanche soir.

Un hélicoptère de la présidence centrafricaine ayant à son bord François Bozizé, accompagné de ses deux fils et de son aide de camp, a atterri vers 18h00 locales (GMT + 1) à l'aérodrome de Batouri, le chef-lieu du département de la Kadey, dans l'est du Cameroun, a confié à Xinhua une source au sein des services de sécurité.

"Oui, il a atterri là-bas", a confirmé à Xinhua le ministre camerounais de la Défense, M. Edgard Alain Mebe Ngo'o, joint par téléphone dimanche soir.

François Bozizé et sa suite ont aussitôt été conduits à la résidence des hôtes du préfet de la Kadey. « Le président Bozizé a sans doute quitté le palais présidentiel dans la précipitation. Car il n'a rien emporté, on a dû lui trouver le nécessaire de toilette sur place », a confié à Xinhua une source locale.

« Le gouverneur, de retour de Kentzou à environ 10 km de la frontière centrafricaine, qui a subi la nuit dernière une attaque des rebelles centrafricains venus libérer six de leurs camarades détenus par la gendarmerie et la police, a été surpris de l'arrivée du président Bozizé ici», continue la source. D'après cette même source, Bozizé devrait être escorté cette même nuit vers Bertoua, la capitale de la Région de l'Est.

Un poste de police dans l'est du Cameroun attaqué par des rebelles centrafricains Alors que des rebelles de l'alliance Séléka ont pris ce dimanche matin la capitale centrafricaine, certains de leurs éléments ont fait une incursion dans l'est du Cameroun, en l'occurrence à Kentzou, une ville située à environ 10 km de la frontière centrafricaine, pour libérer leurs compagnons arrêtés la veille par les autorités camerounaises, selon les témoins joint par téléphone par Xinhua.

« Cette nuit (du samedi au dimanche, NDLR), vers 2h00 jusqu'à 3h30, on a entendu des crépitements des armes dans la ville », confie un habitant de Kentzou à Xinhua. D'après d'autres témoignages, des rebelles centrafricains ont attaqué à l'arme lourde le commissariat et la brigade territoriale de gendarmerie de la ville, pour libérer six de leurs compagnons arrêtés la veille en possession d'armes et de munitions et détenus par la police et la gendarmerie.

« Les rebelles étaient répartis en deux équipes. La première a tiré des obus sur le mur du bâtiment de la gendarmerie créant un trou par lequel ils sont entrés pour libérer leur camarade. La deuxième équipe a attaqué le commissariat où étaient gardés à vue deux rebelles », révèle une source locale au sein des services de sécurité. Qui précise que « l'un des deux policiers de garde s'est sauvé alors que l'autre, le gardien de la paix principal Gérard Djazet Dountio, a été fait prisonnier.

Il indique qu'il est pris en otage dans un endroit qu'il ne reconnaît pas». Au-delà du policier, poursuit la source, les rebelles ont aussi emporté deux pistolets automatiques et un fusil d'assaut léger. Les rebelles de la Séléka ont pris la contrôle de Bangui ce dimanche matin après avoir conquis rapidement plusieurs ville dans le nord et le centre du pays sans rencontrer une véritable résistance des forces gouvernementales.

© source: : Xinhua

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau