Afrique du Sud: Nelson Mandela réhospitalisé pour une infection pulmonaire

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, âgé de 94 ans, a de nouveau été hospitalisé dans la nuit de mercredi à jeudi pour une rechute de son infection pulmonaire et le président Jacob Zuma a appelé la nation et le monde à “prier pour lui”.

nelson-mandela-21.jpg

“Nelson Mandela a été hospitalisé peu avant minuit”, a annoncé jeudi matin la présidence dans un communiqué: “Les médecins s’occupent de lui, et s’assurent qu’il bénéficie du meilleur traitement médical possible et de tout le confort”. Il est arrivé “conscient” à l’hôpital, a précisé à l’AFP le porte-parole de la présidence Mac Maharaj, qui ne disposait pas de nouvelles informations en fin de matinée.

“Je n’ai reçu aucun nouveau rapport des médecins et je sais que les médecins nous donneront un rapport dès que ce sera possible”, a ajouté M. Maharaj. Héros national sud-africain, icône mondiale de la réconciliation pour son rôle dans la lutte contre l’apartheid puis dans l’instauration d’une démocratie multiraciale, Nelson Mandela semble désormais très affaibli et n’est plus apparu en public depuis bientôt trois ans.

Le président Zuma lui a souhaité un prompt rétablissement. “Nous appelons le peuple sud africain et le monde entier à prier pour notre cher Madiba (nom de clan de Mandela ndlr) et pour sa famille (…) Nous avons une totale confiance dans l’équipe médicale et nous savons qu’ils feront tout leur possible pour qu’il retrouve la santé”, a-t-il dit. La présidence, qui, comme à chaque hospitalisation, ne précise pas où Mandela a été hospitalisé, appelle une nouvelle fois les médias du monde entier à “respecter l’intimité (de Mandela) pour laisser les médecins faire leur travail”.

L’ANC, le parti au pouvoir, a également appelé l’Afrique du Sud et le monde à “garder Mandela dans leurs prières”. Début mars, Nelson Mandela avait été hospitalisé pour 24 heures. Les autorités avaient alors indiqué qu’il s’agissait d’examens de routine. Sa dernière hospitalisation longue, dix-huit jours, remonte à décembre 2012, déjà pour les suites de cette infection pulmonaire récurrente.

Président de 1994 à 1999, Nelson Mandela a passé vingt-sept ans de sa vie en prison, pour avoir lutté contre le régime d’apartheid qui instaurait une discrimination raciale en Afrique du Sud. Libéré en 1990, il est devenu quatre ans plus tard le premier président noir de son pays, après avoir obtenu en 1993 le prix Nobel de la paix – conjointement avec le dernier président de l’apartheid Frederick de Klerk -, pour avoir mené à bien les négociations conduisant à la démocratie.

Il vit désormais complètement retiré, partageant son temps entre Johannesburg et Qunu (sud), le village de son enfance. Depuis quelques années déjà, le grand homme a totalement disparu de la scène publique et ne fait jamais le moindre commentaire sur la vie politique de son pays. Il avait cependant reçu, le 10 février dernier, le président Zuma. Ce dernier l’avait trouvé “en forme et détendu”, en train de regarder la télévision.

Quelques jours plus tard cependant, son vieil ami et célèbre avocat George Bizos lui avait rendu visite et avait été moins enthousiaste: “Malheureusement, avait-il dit, il oublie parfois que l’un ou l’autre sont décédés, ou son visage exprime l’incompréhension quand on lui dit que Walter Sisulu ou d’autre ne sont plus de ce monde”. Nelson Mandela aura connu de nombreux ennuis de santé, souvent liés à ses 27 années d’incarcération et aux travaux forcés dans les carrières de calcaire de l’île-bagne de Robben Island (sud-ouest).

Quand il était encore emprisonné, il avait ainsi souffert en 1988 d’un début de tuberculose – maladie dont son père est décédé. En 2001, il avait traité par radiothérapie pour un cancer de la prostate et avait déclaré l’année suivante à des journalistes qu’il était définitivement guéri.

Enfin, en 2011, il avait été hospitalisé pour une grave infection respiratoire qui avait suscité une vive inquiétude dans le pays. C’est une rechute de cette infection qui a provoqué son hospitalisation ce jeudi.

AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau