Afrique du Sud: Nelson Mandela assigné en justice par ses filles

 nelson mandela.jpg

Au soir de sa vie, l’ex Président sud Africain, Nelson Mandela, a quelques ennuis judiciaires avec ses progénitures à propos de ses propres biens.

Selon le quotidien The Star, Mekaziwe et Zenani Mandela désirent obtenir le droit de contrôler son argent et les ventes des œuvres d’art en sa possession. Cette information a été rendue publique la semaine dernière par Bally Chuene, l'avocat de Nelson Mandela suite à la plainte déposée par les filles de Mandela. Les deux plaignantes entendent par leur action faire appel contre la décision du tribunal qui avait confié dans le passé la gestion des biens de Mandela à Ismail Ayob, un avocat. Ce dernier après avoir gérer brièvement les biens et intérêts de Mandela, se charge à présent de défendre la cause de ses filles.

Pour mémoire en 2004, cette Cour de justice a délivré une ordonnance à Mandela pour qu’il charge Ismail Ayob, son avocat d’alors, à gérer ses biens. Cependant le tribunal a défendu à l’avocat de vendre un quelconque œuvre d’art du champion de l’apartheid. Des motifs de la plainte des deux filles, il ressort qu’elles demandent à la justice sud africaine de leur permettre de réactualiser l’ordonnance judicaire de 2004 de sorte qu’elles soient déclarées comme les seules représentantes légales du Harmonieux, Magnifique and Tinancier Investments and Holdings (Pty), une société dont l’ex Président détient la propriété exclusive.

L’actuel avocat de Mandela en soupçonnant son prédécesseur d’être derrière la plaintes des filles a révélé que Mandela n’a désigné ni l’avocat Ayob ni ses deux filles pour gérer ses biens. En poursuivant ses révélations, l’avocat de la défendes confiera aux juges que Mandela ne veut pas que ses enfants soient impliqués dans la gestion de sa fortune et de ses œuvres d'art. En attendant que la justice fixe une date pour ce procès, fort de ses arguments pour assurer sa défense, l’avocat Bally Chuene prie les juges de rejeter la saisine des filles de Mandela pour cause de falsification de certains dossiers en complicité avec l’ancien avocat du détenteur des biens. La bataille judicaire pour le contrôle de biens de Mandela risque d’être féroce car Ismail Ayob, l’avocat des plaignantes, compte lui aussi faire valoir le droit des héritières.

© Sources: Bbc/Koaci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau