Prévisions de croissance : Paris s'aligne sur Bruxelles

Pierre Moscovici reconnaît que la croissance sera presque nulle cette année, juste au-dessus de celle de 2012, puis de seulement 1,2 % en 2014.

moscovici.jpg

Le ministre de l'Économie reconnaît que les dernières prévisions de croissance de la Commission européenne sont les plus réalistes. Elle devrait être de 0,1 % seulement en 2013 (et non 0,8 %, comme l'espérait encore le gouvernement jusqu'à maintenant) et de 1,2 % en 2014. Si Pierre Moscovici veut éviter que le déficit ne dérape trop, il va donc devoir prendre de nouvelles mesures d'ajustement. Au lieu de 3 %, celui-ci devrait être à 3,7 % à la fin de cette année. Pour 2014, la Commission souhaite qu'il soit "nettement en dessous" de ce chiffre, ce qui va nécessiter de trouver presque 20 milliards d'euros, soit encore un point de PIB.

La France doit présenter d'ici à la fin du mois d'avril son programme de stabilité à l'Europe. Le 15 avril, le nouveau Haut Conseil des finances publiques indépendant devra donner son avis sur les hypothèses retenues pour bâtir cette feuille de route budgétaire pour les trois années à venir et garantira ainsi la crédibilité des engagements européens de la France.

"Les chiffres (de croissance, NDLR) que nous allons envoyer au Conseil des finances publiques sont, en réalité, les chiffres de la Commission" européenne, même si "je souhaite que ce soit plus", a détaillé Pierre Moscovici, interrogé dans le cadre du Grand Rendez-Vous Europe 1/Le Parisien/i>Télé.

Pour 2015, "je pense que la croissance française va retrouver un rythme de croisière qui lui permettra de créer des emplois" avec 2 % de croissance, conforme aux prévisions du gouvernement, a-t-il ajouté. Le gouvernement avait fait le même voeu pour 2014, on sait maintenant ce qu'il en est. Click here to find out more!

Le Point.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau