Ayrault : "Il n'y a qu'une ligne politique au gouvernement"

Le Premier ministre a affirmé que "la ligne de la maîtrise des comptes publics, ce n'est pas la ligne de l'austérité", rigueur qui n'est pas pratiquée en France.

montebourg-ayrault-recadrage-austerite-1311746-jpg-1191639.jpg

Jean-Marc Ayrault a martelé vendredi qu'il n'y avait qu'"une ligne politique au gouvernement", celle du "redressement", et "pas deux". Interrogé par la radio RTL sur les contestations notamment du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, mettant en garde contre l'austérité, le Premier ministre français a tranché : "Il n'y a qu'une ligne politique au gouvernement, il n'y en a pas deux, il n'y en aura pas deux." "Oui, nous sommes vent de face, ce n'est pas le moment d'oublier le cap", a-t-il ajouté en reconnaissant qu'il "n'avait pas aimé qu'on conteste la politique du gouvernement".

Jean-Marc Ayrault a indiqué qu'en conseil des ministres mercredi, le président de la République avait "fait un rappel" à l'ordre au gouvernement. "Il n'y a qu'une seule ligne politique, celle du redressement", a-t-il insisté en ajoutant que "la ligne de la maîtrise des comptes publics, ce n'est pas la ligne de l'austérité". "La France ne pratique pas l'austérité. Il faut aller voir en Espagne ce qu'est l'austérité, il faut aller voir au Portugal ce qu'est l'austérité", a-t-il fait valoir. "Je n'ai pas envie demain que si nous abandonnions le sérieux budgétaire, la réduction de la dette et des déficits, nous soyons dans la main des marchés financiers", a expliqué le chef du gouvernement.

Mercredi, après le conseil des ministres, François Hollande avait adressé une fin de non-recevoir aux ministres qui souhaitent une inflexion de sa politique d'austérité, à l'instar d'Arnaud Montebourg. "Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite, qui n'est pas l'austérité. Le sérieux (budgétaire), c'est le cap, la croissance, c'est l'objectif, l'emploi, c'est l'exigence. Cette politique a été fixée, je n'en changerai pas", a-t-il insisté après son discours dévoilant les grandes lignes de son projet de moralisation de la vie publique.

AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 12/04/2013