Visite de travail :Paul Biya pris au piège devant son homologue Italien

La question d’une journaliste a complètement embarrassé le président Biya à l’aéroport de Yaoundé, pendant le départ de son homologue italien. Le président italien, Sergio Mattarella, en fin de séjour de travail au Cameroun a rejoint son pays le weekend dernier. 

Visite de travail :Paul Biya pris au piège devant son homologue Italien

Il a marqué les esprits au cours de cette visite, en dépassant de loin le cap des rencontres diplomatiques ou des têtes dans les salons feutrés avec son homologue camerounais pour aller sur le terrain et toucher du doigt les réalités de la relation entre le Cameroun et son pays. Ce qui marque déjà une grande différence entre Matterella et les autres chefs d’Etats dont les séjours éclairs au Cameroun ne se limitent qu’à Etoudi autour du vin d’honneur.

En bon africain, Paul Biya, président de la République du Cameroun était à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen le weekend passé pour accompagner l’illustre hôte comme ce fut le cas à son arrivée. Entretemps, les hommes et femmes de médias en quête de l’info sont en activité, personne ne voulant perdre une séquence de ces moments importants de l’histoire du Cameroun dans les relations internationales. Du coup, le président camerounais est interpellé par les médias et passé à l’interrogatoire sur les questions liées aux relations entre son pays et l’Italie. Mais la question la plus osée, et peut-être la plus embarrassante a été celle d’une journaliste qui interroge le président : Que sera le Cameroun dans 10ans ?

On sait la situation sociopolitique actuelle au Cameroun avec l’appel à candidature de Paul Biya (au pouvoir depuis 33ans) pour la prochaine présidentielle qui pourrait être anticipée selon les sources proches du sérail, et la possibilité de révision de la constitution qui lui sera favorable encore pour deux mandats de 5ans. Et Paul Biya, âgé de 83ans aujourd’hui, aura au soir de ces deux mandats 93ans, bref, dans 10ans. La question de la jeune journaliste était-elle pour savoir comment sera le Cameroun en 2035 avec un président de 93ans ? Une autre lecture c’est que la Cameroun est aujourd’hui dans le joug du terrorisme avec la secte Boko Haram dans l’Extrême-Nord, des rapts et prises d’otages à l’Est favorisés par la situation politique en Centrafrique ; Un pays où la malnutrition est une réalité, un pays où le chômage plonge la jeunesse dans le désespoir. Que sera donc ce pays dans 10ans ?

Le président Biya, de manière spontanée a quand-même répondu à la question: « Je ne suis pas prophète, mais je sais que la Cameroun sera bien… ». Cette réponse du président est sujette à mille et une interrogations, quant on sait que le Cameroun se veut émergent en 2035. Déclarer ouvertement et sans avoir l’air du touché qu’on n’est pas « prophète » pour évoquer l’avenir d’un pays qu’on dit contrôler est la preuve que la question de l’émergence reste un discours creux, un véritable leurre pour le Cameroun.

Certains diront que le président n’était pas préparé pour ce genre de question puisqu’il n’est pas habitué aux surprises. Mais c’est dans des situations pareilles que l’on fait certaines révélations. On se souvient d’ailleurs de la préoccupation d’un journaliste toujours (ils en veulent décident à Biya) au cours du séjour du président Hollande au Cameroun l’année dernière au sujet de sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Paul Biya avait alors développé une phrase choc qui résonne encore dans les mémoires : « Les élections sont certaines, mais lointaines ». Que des paradigmes ! Il n’est pas prophète et on a compris

 camerbe CAMERBE

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau