Une plainte contre les policiers du Gmi

Les syndicats de conducteurs de moto du département de la Vina dénoncent les abus des hommes en tenue.

C’est dans une correspondance de deux pages et signé des près de 1500 conducteurs de moto-taxi ainsi que des responsables du syndicat des conducteurs de moto taxi de la Vina en date du 19 février 2016, que Martin Mbarga Nguelé, le délégué général à la sureté nationale (Dgsn) a été saisi. Ces personnes dénoncent l’abus et l’arnaque dont ils sont victimes de la part des policiers du Groupement mobile d’intervention N°9 de Ngaoundéré.

« Les policiers du Gmi veulent nous pousser à la révolte. Ils nous arnaquent et nous maltraitent au quotidien. Chaque nuit, les conducteurs de moto qui sont interpellés sont contraints de débourser 5000 F.Cfa pour entrer en possession de son engin qu’ils arrachent par la force.
Ils nous menaçaient avec leurs armes parfois », écrivent les conducteurs de moto.

Selon eux, les policiers du Gmi de Ngaoundéré, depuis quelques mois se sont transformés en « bandit et ont créé un poste de péage derrière le Cifan sur la route de Belel et un autre poste de contrôle sur la route de Martap où ils exigent le payement de 1000 F.Cfa à chaque passage de mototaxi ». Les membres du syndicat de mototaxi de la Vina vont plus loin, accusant les policiers du Gmi de trafiquer les motos saisies par eux en les vendant dans le marché noir.

Autre grief porté contre les policiers du Gmi, c’est celui des arrestations et autres saisis arbitraires de motos. « Dès 20 heures, ils pistent les motos taxi et ne donnent même pas l’occasion à leur conducteur de présenter les pièces de l’engin. Ils vous invitent seulement au Gmi et sur place vous devez débourser au moins 5000 F.Cfa plus les frais de fourrière.

Tout ceci sans reçu en contrepartie », ajoute les plaignants dans leur missive au Dgsn. La dernière victime des policiers du Gmi de Ngaoundéré, selon les auteurs de la plainte est un conducteur de moto qui rentrait de son champ à Mayo-Danayel, situé après l’aéroport de Ngaoundéré sur la route de Tibati. Il a été délesté de 17.000 F.Cfa par les policiers du Gmi n� 9.

Revenez lire l'int�gralit� de cet article dans quelques instants

© Le Jour : Adolarc Lamissia

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau