Tatiana Ngo Nhiomog, cadre du Groupe Bolloré assassiné à Douala

La Direction régionale de la Police judiciaire du Littoral a ouvert une enquête sur les circonstances du décès d’Ella Tatiana Ngo Nhiomog, dont le corps a été retrouvé derrière une grotte au quartier Yassa à Douala le 25 mai 2016 aux alentours de 6 heures. Jusqu’à sa disparition, la jeune dame officiait comme Coordonatrice de Havas Media Cameroun, une filiale du Groupe Bolloré.

Vincent Bolloré, PDG du groupe Bolloré...Ph/cameroonweb

© Vincent Bolloré, PDG du groupe Bolloré...Ph/cameroonweb


Selon les informations relayées par le quotidien Le Jour en kiosque le 27 mai 2016, d’après une source à la Division régionale de la police judiciaire du Littoral, «c’est le Directeur Afrique de l’Agence Havas, Guillemard Romain Grégoire Michel, un citoyen de nationalité française, qui s’est présenté à la police le 25 mai aux environs de 18 heures pour signaler la disparition de sa jeune collaboratrice».

Alertée, la police a aussitôt établi un lien avec la découverte faite par les populations de Yassa, indique le journal. La dépouille, qui présentait des traces de violence, a été déposée sous réquisition du Procureur de la République à la morgue de l’hôpital de district de Logbaba. La date et les circonstances de la mort d’Ella Tatiana Ngo Nhiomog n’ont pas encore été élucidées, apprend-on.

Toutefois, indique Le Jour, l’audition de Guillemard Romain Grégoire Michel et de son chauffeur, Seidou, a permis de savoir qu’ils étaient les dernières personnes ayant aperçu leur collègue en vie. Les deux suspects ont par ailleurs affirmé avoir vu la victime emprunter un taxi au quartier Bonanjo en face du restaurant Le Boj. Sans plus.

La police fonde par ailleurs ses suspicions sur le fait que Grégoire Michel était sur le point d’embarquer dans un avion le même soir de l’annonce de la disparition, à destination de son pays d’origine, la France, pour une affaire le concernant personnellement. Une autre disparition qui fera à coup sûr couler beaucoup d’encre et de salive.

source cameroonweb

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau