People - Elizabeth Tchoungui : "C'est Koah ce désordre ?"

CHRONIQUE. Pour se venger de son ex-compagnon officieux, le célébre footballeur Samuel Eto'o, Nathalie Koah dit tout dans "Revenge Porn", un livre qui appelle bien des commentaires.​

Camerounaises, Camerounais, réjouissez-vous ! Nous avons désormais notre Valérie Trierweiler. Vous savez, l'ex-compagne de l'actuel  président français qui, dans son livre "Merci pour ce moment !", déballait tous les dessous de sa relation avec François Hollande. Dans le rôle de l'homme de pouvoir, le footballeur le plus doué de sa génération, Samuel Eto'o. Dans celui de l'amoureuse éconduite qui se venge en publiant un livre croustillant, Nathalie Koah. Donc, merci pour ce moment Nathalie ! L'ouvrage est intitulé fort à propos « Revenge Porn »*, histoire d'appâter aussi bien les adeptes de la presse people que les accros à YouPorn qui, comme chacun sait, pullulent en route.

Tout commence comme un conte de fée à la sauce arachide. Nathalie naît à Yaoundé dans une famille modeste. Son père tente de joindre les deux bouts, trempe dans une affaire de marché public bancal qui le conduit en prison, puis décède dans des circonstances mystérieuses. La mère (courage, comme toujours) élève seule ses enfants dans le plus grand dénuement. Heureusement,  Nathalie est jolie, et écrit : « Je n'avais pas l'argent, mais j'ai vite compris au regard que les hommes portaient sur moi que je possédais un autre atout pour me mettre au niveau de mes camarades : ma beauté ».

Et un jour, Samuel Eto'o est sur sa route

Par le plus grand des hasards, sa route croise celle du prince du ballon rond, riche, célèbre, donc charmant. Il a une compagne officielle qui est aussi la mère de ses enfants, mais qu'importe. Nathalie délaisse les bancs de l'école et passera six ans entre Yaoundé, Barcelone et Paris à attendre son amant. Car entre les entraînements, les matchs et sa légitime, il est fort occupé. « Revenge Porn » est d'abord le livre d'une femme qui attend. Mais pas n'importe où. Toujours dans des palaces. La solitude mène à la réflexion. Ainsi, l'hôtel Art, à Milan, ne lui convient pas. «  Un établissement branché à la déco contemporaine. Pas tellement mon style ». Quand le haricot se plaint du caviar.

Lorsque Nath se fâche, Sam lui sort le « tais-toi » : au fil des pages, elle détaille en espèces sonnantes et trébuchantes ses actes de contrition : A Paris, Avenue Montaigne, «  un sac Céline en Python à 2700 euros, un sac Chanel à 3250 euros, une montre et des ballerines de la même marque, et une fourrure Burberry à 3000 euros ».  A Yaoundé,  elle décroche le gros lot : un SUV Hyundai IX35 payé cash 40.000 euros dans lequel elle repart« les cheveux aux vents et la conscience tranquille ».

Nathalie attend mais capitalise. Cela exige quelques compromissions supplémentaires dont elle n'omet aucun détail : l'attaquant légendaire  a l'esprit d'équipe ; il aime livrer sa maîtresse à ses sbires. Nathalie se soumet. Dubaï vaut bien une fesse. Lorsqu'elle finit par comprendre que ce n'est pas Eto'o qu'elle attend, mais Godot, elle rompt.

Du "conte de fées" au nanar

Et là, le conte de fées qui avait déjà du plomb dans l'aile se mue en nanar : des clichés  de Nathalie en posture licencieuse inondent la toile. Le footballeur marri porte plainte pour escroquerie. La justice camerounaise étant à géométrie variable, Nathalie se retrouve en cellule. Encore une histoire d'amour qui finit mal. Revenge Porn. Titre à tiroirs. Dans cette affaire, on se demande qui se venge de qui. Nathalie, Cosette 2.0. Victime d'un homme qui a choisi comme tant d'autres de rester avec sa légitime. Mais comme on dit au Cameroun, qui l'a envoyée ?

Nathalie Koah est une jeune femme qui sait que bafouée peut rimer avec rouée. Grâce à sa relation clandestine avec une star du ballon rond, elle a lancé une marque de lingerie. Un mystérieux bienfaiteur lui a offert 30.000 euros pour oublier son chagrin d'amour à Miami, Washington et Mykonos. Elle  est aujourd'hui une vedette locale, une des camerounaises les plus suivies sur les réseaux sociaux. Next step, comme on dit chez les anglos : une adaptation à Nollywood de « Revenge Porn » ?

Conseils

Dans son livre, Nathalie se lamente du peu de soutien qu'elle a reçu au lendemain du grand déballage de petites culottes. Loin de moi l'idée d'emboîter le pas aux haters qui jugent les destins des autres faute d'avoir réussi à donner du sens au leur, mais petite sœur, permets-moi quelques conseils d'une femme qui a choisi d'utiliser son seul cerveau mais a néanmoins vécu :

-       a) « les battements frénétiques de mon cœur se transforment en galop ».Même dans les Adoras, on ne lit plus ça. La prochaine fois, trouve un meilleur nègre pour raconter ton histoire  avec style. Pardon,  un écrivain fantôme, puisque le vocable « nègre » en littérature est désormais désobligeant. Personnellement, écrivain fantôme, je n'aime pas trop, je ne veux pas de problèmes avec la sorcellerie.

-       b) Sois cohérente : tu ne peux pas dans le même post exhorter les jeunes filles à aller à l'école et poser avec ton Lady Dior qu'aucune étudiante ne peut acheter même en économisant l'argent des beignets.

-       c) D'après ton récit, ton ex t'a demandé de lui rendre tous les présents dispendieux qu'il t'a offert, y compris le fameux SUV à 40.000 euros. Tu as bien fait de ne pas céder : un cadeau est un cadeau. Mais sois exemplaire, vends-en une partie au profit de bonnes œuvres. Pourquoi pas une bourse Koah pour la formation des jeunes filles ? (universitaire, j'entends).

Petite sœur, je ne te jette pas la pierre et te souhaite au contraire bonne route dans ton 4X4. Chacun fait avec ses armes. Je m'interroge simplement sur les modèles proposés à nos générations féminines futures. Aux Etats-Unis, il y a Paris Hilton et Hillary Clinton. En France, il y a Zahia et Taubira. Au Cameroun, Koah donc ?

* Sortie prévue le 16 février aux éditions du Moment.

Elizabeth Tchoungui

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau