Opération Epervier : Emmanuel Nganou Djoumessi et Louis Paul Motaze convoités par le Tribunal criminel spécial

C’est ce que rapporte le bihebdomadaire La Météo dans sa livraison du lundi 05 septembre 2016.  Selon le journal, le ministre des Travaux publics (Mintp), ainsi que  son collègue de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), devraient tous répondre au titre d’anciens Minepat, des  chefs d’accusation pour détournement présumé de  385 000 000 FCFA relatifs à la construction  de  délégations départementales du ministère  suscité, dans les régions du Littoral, Nord- Ouest et Ouest. 

 « Le procureur général près le Tribunal criminel spécial (Tcs), Justine Aimée Ngounou Tchonkonthieu, auditionne depuis mardi dernier, plusieurs acteurs présumés du réseau de détournement de deniers publics au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) », nous rapporte le journal La Météo dans son édition de ce jour. Et le canard de poursuivre que  l’affaire a trait à une somme de 385 000 000 FCFA relatifs à la construction  des représentations départementales du Minepat dans les régions du Littoral, Ouest et Nord- Ouest. A l’origine du feuilleton, nous renseigne le confrère, une dénonciation de Pierre Nyemeck, président de la Confédération des syndicats des transporteurs du Cameroun, et d’un intime nommé Noël  Nkolo auprès du délégué général à la sûreté nationale (Dgsn).

La Météo fait ainsi savoir que Martin Mbarga qui avait été sollicité pour arbitrer sur une histoire de promesse d’argent lié à la facilitation de paiement de marchés au Minepat, informera alors les autorités compétentes pour une ouverture d’enquête qui s’est  soldée   le 11 avril  2016  par la mise sous mandat de dépôt, de quelques protagonistes à l’affaire.  Pierre Nyemeck et Noël  Nkolo, précise le journal, s’estimant avoir été floués par des personnes pour qui,  ils avaient facilité  le paiement des marchés au Minepat. L’on rapporte qu’en fin  2011, Emmanuel Nganou Djoumessi qui vient juste d’être promu Minepat, trouve dans ses classeurs, un cas portant sur une quinzaine dossiers en berne, et  d’une valeur de 15 milliards FCFA. « La commission spéciale mise en place à cet effet, dresse une liste de dossiers en instance d’engagement, dont certains ayant remporté les marchés de construction des représentations départementales du Minepat », lit-on dans le bihebdomadaire de la gare  de Mvolyé à Yaoundé.
 
A en croire notre confrère, des bons d’engagement sont signés en faveur de trois entreprises devant exécuter lesdits marchés. Avec pour devoir pour la Direction de la programmation des investissements publics (Dpip), de les traiter avant leur transmission au contrôle financier pour conformité et diffusion des titres de confirmation de crédits. L’entrée en scène de Diane Ngole, épouse de Ngole Philip Ngwese, ministre des Forêts et de la Faune A l’époque des faits, affirme le bihebdomadaire La Météo, Diane Ngole aujourd’hui contrôleur financier au ministère des Marchés publics (Minmap), officie au Contrôle financier du Minepat, avec une certaine Fanyi Ngaha, se sentent alors dupées par rapport à la part du butin promise, une fois l’affaire conclue. Le journal rapporte ainsi que s’étant  rendu compte de la supercherie, les deux dames rejettent les dossiers, et les renvoient à la Dpip pour authentification du visa. Et c’est là que selon les sources de La Météo, le dossier disparaît de la circulation. « Pendant ce temps, des relevés d’identité bancaire (Rib) des entreprises adjudicataires, jusqu’ici logés à Union Bank of Cameroon (Ubc), sont changés au profit d’Afiland First Bank (Afb) où les deux dames ont leurs réseaux », renchérit le journal La Météo paru ce 05 septembre 2016. Une fois la procédure en matière de marchés violée, apprend-on, le contrôle financier émet subrepticement de nouveaux titres de confirmation de crédits vulgairement appelés « cartons ».  L’on apprend alors que « les dossiers sont ensuite liquidés à la cellule informatique où sévit Fanyi Ngaha, dans l’optique de brouiller les pistes au profit de nouvelles ordonnances de paiement par le Trésor public ». La Météo précise que tapis dans l’ombre, les protagonistes du sulfureux dossier, se comptent aussi bien  au Minepat qu’au ministère des Finances. Selon le journal, sont cités dans ce réseau mafieux qui exerce en toute impunité depuis de longues années, et sur  des dossiers plus juteux, outre Diane Ngole et Fanyi Ngaha, des intervenants de la chaîne de dépenses tels que les Minepat Emmanuel Nganou Djoumessi et Louis Paul Motaze. A ces deux membres du gouvernement, le journal  ajoute : Kue Ledoux, Essengue, Essengue, Valentine Mbulle, Rémy  Assae, Aline Awono Mbatama, ou encore Mbassi.
 
« Autant d’acteurs curieusement encore non inquiétés à ce jour, ou presque. Autant, également et sans préjuger de la suite des évènements, constater que c’est le menu fretin qui  se trouve en ce moment dans les geôles de la prison centrale de Yaoundé », s’indigne notre confrère. Concernant Louis Paul Motaze l’actuel Minepat, nous nous attarderons demain sur ce que le journal La Météo perçoit comme « une immunité à géométrie variable ». Et vous en apprendrez alors des vertes et des pas mûres.

Camer.be

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau