Nigeria: Reddition de cadres de Boko Haram - L'étau se resserre progressivement autour de la secte islamiste

 

« Pierre par pierre, on bâtit la maison » ! Cet adage africain illustre la tournure des évènements du côté du Nigeria où Boko Haram semble avoir sérieusement perdu du terrain.

« Pierre par pierre, on bâtit la maison » ! Cet adage africain illustre la tournure des évènements du côté du Nigeria où Boko Haram semble avoir sérieusement perdu du terrain. En effet, face à l'intensification de l'offensive terrestre de l'armée nigériane appuyée par les forces internationales composées des armées des pays voisins, notamment le Niger, le Cameroun et le Tchad, les combattants de Boko Haram donnent l'impression d'avoir battu en retraite. Du moins, l'armée nigériane a annoncé la reddition de cadres chargés de la logistique de ladite secte. Selon les informations rapportées, au fur et à mesure de l'avancée des forces armées nigérianes, les islamistes insurgés prennent la poudre d'escampette, abandonnant armes, munitions, vivres et moyens de transport sur leur chemin.

Visiblement, la secte a de plus en plus de problèmes pour se réorganiser, prise en étau qu'elle est, par les forces multinationales.

Dans ces conditions, l'évolution des évènements autour de Boko Haram est un indice intéressant en ce sens que le sinistre Abubakar Shekau voit de plus en plus le vide se faire autour de lui. En fait, depuis quelques mois, beaucoup de hauts cadres ont été soit tués, soit appréhendés par les forces armées. Faut-il donc penser que la secte islamiste sera bientôt prise dans la nasse ? That is the question ! Pour le moment, en tout cas, on peut se réjouir de cette inversion des tendances, la peur ayant changé de camp.

Rependre le contrôle de la forêt de Sambissa serait un pas décisif dans le combat contre les ingénieurs du mal

En tout cas, le président Muhammadu Buhari ne pensait pas si bien dire lorsqu'il promettait pendant la campagne électorale pour le scrutin qui l'a porté au pouvoir et après son investiture, d'en finir avec les «rats» de Sambisa. Même si les débuts ont été laborieux et que beaucoup de Nigérians ont perdu la vie parce que Shekau avait le temps de frapper, il faut reconnaître que les forces armées du pays des Super Eagles se sont ressaisies, en délocalisant leur commandement à Maiduguri et en se déployant sur le champ de bataille.

Maintenant que le « géant » s'est réveillé, on ne peut que souhaiter que cela perdure, car la lutte contre les fous d'Allah de Sambissa se doit d'être intensifiée. En cela, le prochain sommet de la Commission du bassin du Lac Tchad, consacré à la sécurité, doit être une opportunité pour améliorer les stratégies et créer davantage les conditions pour mobiliser des moyens supplémentaires aux fins de parachever cette phase d'affrontements armés avec les troupes terroristes du Nord Nigeria, plus précisément de la mythique forêt de Sambissa. Rependre le contrôle de cette forêt, fief d'Abubakar Shekau et ses hommes, serait un pas décisif dans le combat contre les ingénieurs du mal. Toutefois, dans l'euphorie des victoires, l'armée nigériane doit rester en veille permanente.

Michel Nana

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau