Nathalie Koah/ Thérapie : Ecrire pour guérir

Avec son livre confession, Nathalie Koah essaie de conjurer tout le mal que lui a fait son ancien amant, le milliardaire en godasse.

Nathalie nkoah

Dans l’art de faire contre mauvaise fortune bon coeur, Nathalie Koah n’a certainement pas son pareil. Il y a environ un an, cette belle gazelle qui a fait vaciller le coeur de l’ancien international camerounais Samuel Eto’o Fils était au fond du trou. Des photos intimes d’elle qu’elle échangeait avec son amant se sont retrouvées sur les réseaux sociaux. Rien ne lui sera alors épargné : injures, calomnies, sarcasmes, médisances. La jeune femme est au bord du suicide. Mais elle réussit à trouver au fond de ses tripes le courage de rebondir, la force de s’accrocher à la vie.

Il faut voir à travers la sortie prochaine (le 18 février prochain à Paris) de son livre – « Revenge Porn » - une dimension thérapeutique. Dans cet ouvrage intimiste, Nathalie Koah se raconte et partage les six années de concubinage qu’elle a eu avec le célèbre footballeur camerounais. Une façon pour elle de guérir de tout le mal dont elle accuse son ancien amant. Le récit parait sincère, digne, sans haine et on est abasourdi par la personnalité de Samuel Eto’o Fils qui s’en dégage : un personnage rustre, macho, violent, égo narcissique, manipulateur, pervers, vaniteux et obsessionnellement rancunier.

Avant même la sortie de cet ouvrage, quelques bien-pensants, faux snobs et éto’olatres qui infestent les réseaux sociaux tentent d’en démontrer la vacuité ou de reprocher à son auteur d’avoir osé écrire ce livre. Comme si Nathalie Koah pour écrire son histoire avait besoin de la bienveillante autorisation de quelqu’un. La manoeuvre hélas est contreproductive. Car, il n’y a rien de telle que la polémique pour faire la promotion d’un livre. Il faut qu’on en parle, en bien ou en mal. Aucun livre n’a du reste jamais fait l’unanimité et ce n’est pas avec « Revenge porn » que cela va commencer.

Celui de l’ex compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler (« Merci pour ce moment ») moqué par les grands éditorialistes, tancé par certains politiques et voué simplement au gégène a pourtant battu les records de vente en France et sa version en anglais a connu un franc succès y compris auprès des très pudiques sujets de sa gracieuse Majesté.

Tout est pardonné

© Le Jour : Jean-Bruno Tagne

 

 

⇒ Via JetCamer.com

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau