Françafrique : Manuel Valls reconnaît qu’Ali Bongo n’a pas été élu

 

Invité de l’émission on n’est pas couché ce samedi soir, le Premier ministre français Manuel Valls a été pris en partie par l’humoriste Jeremy Ferrari. Une vive discussion sur la politique française en Afrique.

 L’humoriste s’offusque de la présence des « dictateurs africains » à la marche du 11 janvier 2015 en soutien à Charlie Hebdo pour la liberté d’expression. Jeremy Ferrari ne comprend pas notamment la présence d’Ali Bongo, dictateur africain soutenu par la France et qui serait en marge de la liberté d’expression. Outré, l’humoriste lance net au Premier ministre : « Comment vous expliquer qu’Ali Bongo se trouve aux premières têtes d’une marche pour la liberté d’expression ? »

« Vous retenez Ali Bongo mais moi je retiens Benjamin Netanyahou, Mahmoud Abbas et Ibrahim Boubacar Keita », lui a répliqué le Premier ministre.

Au cours de l’échange tendu entre les deux hommes, Manuel Valls se verra avouer qu’Ali Bongo n’a pas été élu : « pas élu comme on l’entend ». L’humoriste décidemment très en colère, affirmera que c’est la politique internationale de la France qui cause les guerres. Il évoquera brièvement les cas de la Syrie et de la Lybie. Evoquant le cas du Mali, Manuel Valls relève que la France a sauvé ce pays des terroristes et que la France n’a pas un seul intérêt économique dans ce pays. Valls reconnaît néanmoins que la France a des intérêts au Niger notamment l’uranium pour les industries françaises dans le nucléaire.


© Correspondance : Wake Up AfricaNous joindre : wakeupafrica1@yahoo.fr

 

 

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau