Fête de la jeunesse: défilé sous haute sécurité à Yaoundé

Jeudi, 11 février 2016, hommes armés et agents du renseignement en civil scrutaient soigneusement les alentours des lieux de manifestations dans la capitale camerounaise

Un imposant cordon de sécurité a entouré, jeudi 11 février 2016 à Yaoundé, la capitale camerounaise, les parades marquant la 50ème édition de la Fête nationale de la jeunesse du fait de la psychose des attentats de la secte islamiste Boko Haram dans l’Extrême-Nord du pays.

Autour des lieux du défilé, des hommes en armes mais aussi des agents du renseignement en civil scrutaient soigneusement les alentours des lieux de ces manifestations à proximité desquels la circulation automobile était interdite, de même que des fouilles de bagages à main de piétons étaient effectuées.

Pour éviter de trop grandes concentrations populaires, les autorités avaient non seulement supprimé latraditionnelle retraite aux flambeaux de la veille du 11 février, mais en plus le défilé était organisé dans les sept arrondissements de la ville, en lieu et place de l’unique parade du Boulevard du 20 Mai, situé au cœur de la ville.

Dans le même élan, des encadreurs de jeunes défilants ont affirmé avoir reçu des «consignes strictes» des responsables de la sécurité, aussi bien pour la détection d’éventuels kamikazes qu’à la manière dont ils devaient conduire leurs troupes en cas d’alerte.

S’agissant des messages présentés sur les banderoles et autres pancartes, la plupart allaient dans le sens de la lutte contre le terrorisme et la préservation de la paix.

La veille, le chef de l’Etat Paul Biya a, dans son traditionnel message à la jeunesse, invité celle-ci à s’investir dans l’agriculture, l’économie numérique ainsi que des initiatives citoyennes de développement à valeur ajoutée.

 http://www.camernews.com

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau