Election à la FIFA: Samuel Eto’o soutient le candidat européen Gianni Infantino, alors que la CAF a choisi l’asiatique Cheikh Salman

«Je souhaite à Gianni de remporter l'élection de la FIFA. Je sais que les intérêts du football lui tiennent à cœur et son expérience, sa détermination et sa passion pour le sport peuvent lui permettre de faire une vraie différence pour le football en Afrique et dans le monde», a ecrit Samuel Eto’o sur sa page Facebook, jeudi 25 février 2016, la veille de l’élection. Un message suivi d’une photo de lui avec le candidat italo-suisse Gianno Infantino.

12764647 1051201848284441 956023379321575197 o

Samuel Eto’o a visiblement pris à contre pieds la Confédération Africaine de Football (CAF). Elle a annoncé le 5 février dernier, à l’issue d’une réunion de son Comité exécutif à Kigali en marge du CHAN 2016, qu’elle soutiendra la candidature du Sheikh Salman à l’élection à la présidence de la FIFA.

Le cheikh Salman, 50 ans, est présenté comme le favori de cette élection. Membre de la famille royale du Bahreïn et président de la Confédération Asiatique de Football (AFC) depuis 2013, le cheikh Salman ben Ibrahim Al-­Khalifa connaît l’organisation internationale sur le bout des doigts, puisqu’il en occupe l’un des postes de vice-présidents. Il a un sérieux allié qui est la CAF.

En effet, le continent africain fait figure de poids lourd dans ces élections: la CAF compte 54 fédérations nationales, et dispose donc du plus gros réservoir de voix au congrès de la FIFA, devant l’UEFA (53, Gibraltar n’étant pas reconnu par la FIFA) et l’Asie (46). Cheikh Salman avait mis toutes les chances de son côté en faisant campagne une centaine de jours en Afrique. Et sa tournée africaine s’est avérée fructueuse, puisque, vendredi 15 janvier, le patron de l’AFC avait déjà signé un protocole d’entente et d’échange avec la CAF, dirigée par le Camerounais Issa Hayatou (69 ans), actuellement président intérimaire de la FIFA.

 

Onana N. Aaron

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau