Décès de Patrick Ekeng : Sa famille affirme qu’il ne voulait pas jouer ce match

Le jeune camerounais, ne sentant pas bien, voulait être ménagé pour le dernier match du championnat.

 

La mort du camerounais Patrick Ekeng (en plein match lors de la dernière journée du championnat de Roumanie), de suite d’un malaise cardiaque, a créé une onde de choc dans le monde du football. Le lendemain CAMERPOST s’est rendu à son domicile familial à Ngousso à Yaoundé. La violence du vent qui nous accueille semble témoigner le degré de douleur et tristesse de sa famille et ses amis en pleurs. Certains sont assis, le visage rivé vers le sol, devant le bâtiment à 3 niveaux encore en chantier de leur défunt fils. Juste à côté les autres assis dans la maison familiale.

Dans telle circonstance pas facile d’avoir des réactions. Mais les proches de Patrick vont se montrer très courtois malgré la douleur. Le premier à réagir c’est son meilleur ami. Yannick Alégobo a longuement discuté avec Patrick avant cette rencontre. « On a discuté hier (jour du match ndlr) de 9h à 11h et il a raccroché en me disant qu’il part à la réunion technique, qu’il n’a pas envie de jouer, il est fatigué. Comme c’était la dernière journée du championnat et ils (club ndlr) doivent être Européen, le coach a dit qu’il doit jouer et il lui a dit qu’il ne peut pas. A14h il m’a rappelé pour me dire qu’il ne va pas finalement jouer, qu’il a été ménagé pour la finale de la coupe mardi. A 17h il m’a encore appelé mais je suis allé jouer. Il m’a laissé un message me disant Pourquoi tu ne décroches pas, tu sais que je voulais te dire quoi. J’ai rappelé en vain. C’est à 19h que notre ami en France m’annonce que Patrick est mort »

« Il s’est plaint d’un thé »

La sœur cadette d’Ekeng, Diane a également discuté avec son frère le jour et la veille de sa mort. « La veille il m’a dit qu’il entrait en stage. Le matin on a causé mais il a beaucoup plus causé avec son ami qui est en France. C’est lui qui nous fait savoir qu’il s’est plaint d’avoir bu un thé et puis il a commencé à avoir mal au ventre. Il criait. Son ami l’a conseillé d’aller se mettre à l’aise. Patrick lui a dit par la suite qu’il n’aimerait même pas jouer ce match parce qu’il ne se sent pas bien, qu’il sent son corps bizarre. Il souhaitait qu’on le laisse seulement jouer la finale de la coupe. Par la suite il a dit à son ami qu’il a vu l’entraineur mais celui-ci a refusé. Il voulait qu’il joue étant donné qu’il est l’un des meilleurs de l’équipe. »

La maman de Patrick ne semblait pas croire que son « bébé » n’était plus de ce monde. En multipliant des va-et-vient, elle console les autres, parle à son seigneur et accepte sa sentence. Au-delà de sa croyance et de sa force, elle va finalement craquer en se rappelant que son « bébé » devait venir en vacances à Yaoundé après ce match.

© CAMERPOST par Alain Ghislain Kanga

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau