Décès de Anne Marie Nzié : Le Quai d’Orsay salue la mémoire de la « Voix d’or du Cameroun »

Le ministère français des Affaires étrangères a salué, jeudi, « la mémoire de la grande artiste » camerounaise Anne-Marie Nzié, disparue dans la nuit de mardi à mercredi dernier dans la capitale du pays, Yaoundé, des suites de maladie à l’âge de 82 ans.

Dans un communiqué publié jeudi, le Quai d’Orsay rappelle que la carrière de la disparue, qui laisse à ses admirateurs dans le monde entier un patrimoine musical riche et fécond, a été jalonnée de collaborations avec des figures de la chanson française.

Anne-Marie Ndzié, ajoute le document sous forme de message de condoléances aux proches et au peuple camerounais, a célébré la culture de son pays et fait rayonner la Francophonie.

Considérée comme l’une des meilleures voix féminines de la chanson camerounaise, et incontestablement la plus emblématique depuis les années 50, cette dame à  la voix haut perchée est née en 1932 à  Bibia (Sud).

Après ses premières armes à  la chorale, elle poursuit son apprentissage auprès de son frère aîné, Cromwell Nzié avant de décider de voler de ses propres ailes en swinguant d’abord sur le jazz, puis la rumba congolaise et la biguine.

Celle que ses compatriotes appelaient affectueusement « la Mémé » a su, à  travers sa voix, ses textes et sa dizaine d’albums, vendre à  l’extérieur l’image du Cameroun.

© CAMERPOST avec © APA

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau