Commerce illégal des espèces protégées : deux étudiants de l'universite de Yaoundé 2 aux arrêts

Agés de 21 et 24 ans, les deux frères ont tenté d’accomplir la sale besogne sous les ordres de leur cousin, considéré comme chef de gang. Ils ont tous été arrêtés à Douala, alors qu'ils essayaient de conclure une transaction visant à vendre deux lions et deux bébés guépards.

Les trois individus ont été arrêtés lors d'une opération « coup de poing » menée par les agents de la délégation régionale des Forêts et de la faune du Littoral, et de la Police judiciaire assistés techniquement par Last great ape organization (Laga). Selon des sources proches de l'affaire, deux des trois suspects appréhendés sont des frères âgés de 21 et 24 ans et sont étudiants en droit à l'Université de Yaoundé 2 - Soa, respectivement en première et troisième année. Le troisième, cousin des deux autres, soupçonné d'être le chef de gang est un comptable âgé de 30 ans qui travaille pour une société basée à Douala. Les deux frères ont été arrêtés au quartier Akwa à Douala alors qu'ils tentaient de finaliser une transaction en vue d’une prétendue vente d’espèces sauvages protégées.

« Lors des tractations en vue de la transaction illégale avec une expatriée blanche, à qui ils ont d’ailleurs affirmé qu'ils pouvaient exporter de petits félins en Ouzbékistan où elle est censée résider, le gang a utilisé des documents falsifiés, y compris un permis Cites », indique notre source. Le permis Cites est un document délivré par le ministère des Forêts et de la faune à ceux qui désirent exporter des espèces fauniques. Le permis Cites est signé par le ministre en personne. Mais ces arnaqueurs en ont falsifié un, imitant par la même occasion la signature du ministre des Forêts et de la faune, Ngole Philip Ngwese pour l’utiliser comme preuve de l'autorisation d'exportation dans le but de convaincre l'acheteur qu'ils pouvaient légalement exporter de petits félins. Le principal suspect a fait usage d’un faux nom (Peter Caldwell) tout au long de la négociation qui se déroulait essentiellement sur Internet.

Récidivistes

© Le Messager : Achille KAMGA

 

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau