Camtel : Nkoto Emane détourne plus de 9 milliards en 5 ans

Les conclusions partielles d’une enquête du Consupe à la Cameroon telecommunications (Camtel) pour la période 2010 à  2015 donnent  froid dans le dos. Le dossier transmis enfin à la justice. Malgré moult blocages.

 

Selon nos sources, Nkoto Emane est attendu au Tribunal criminel Spécial dans les jours prochains. A l’origine de la convocation du Dg de la Camtel, un rapport du Contrôle supérieur de l’État (Consupe). Longtemps enterré par des réseaux d’argent, ce rapport, qui a refait surface, éclaire d’une lumière crue la gestion des fonds publics à la Camtel. L’enquête, faite en 2015 et destiné au président de la République, recommande, en ses dernières phrases, la saisine du ministre de la Justice pour ouverture d’une enquête judiciaire.

On comprend aisément pourquoi ce rapport a disparu comme par enchantement. C’est un secret de polichinelle : David Nkoto Emane arrose jusque dans l’entourage présidentiel. Toute enquête le visant est généralement l’objet de blocage systématique. Cela expliquerait en partie pourquoi ses multiples casseroles financières sont entourées d’un halo  d’impunité.

Pendant ses investigations, La Météo a été impressionnée à la découverte de la montagne d’obstacles que Nkoto Emane, avec une rare suffisance, a dressés sur le chemin des enquêteurs du Consupe. C’est dire combien l’homme se sent des appuis hauts placés.
        
Épicerie familiale

La Camtel, sous l’ère Nkoto Emane, n’a cure des règles de management moderne. Ainsi, l’argent y « sort comme ça sort ».  4 milliards de dépense sans pièces justificatives entre 2010 et 2015. 162 180.000 FCFA débloqués sans contrepartie.

Pour ce qui est des missions, à Camtel certains responsables ont le bon réseau. La douloureuse : 369 640.000 FCFA. Le Consupe pointe l’irrégularité de ces missions. Tout comme il qualifie d’indus les avantages perçus par la direction générale à concurrence de 452 956.000 FCFA.

Maffieux dans l’âme, Nkoto Emane sait parfaitement que la bouche qui mange ne parle pas. Aussi fait-il pleuvoir des sous sur les membres du conseil d’administration. La pirouette est trouvée : la multiplication des sessions. Certaines se tenant même au…domicile du Dg. Pour la période 2010 à 2015, plus d’un milliards ont été dépensés en jetons de présence. Cris d’orfraie du Consupe !

Cette institution, alors pilotée par Henri Eyebe Ayissi, en poussera de plus belle à la découverte d’un autre pot-aux-roses : Dans le cadre du projet Backbone la maîtrise d’œuvre a été, en toute illégalité, confiée à Camtel, faisait d’elle juge et partie. Une incongruité qui s’explique aisément par la volonté de faire main basse sur le magot du projet qui n’est pas rien : 30 milliards 600 millions FCFA.

Ces hémorragies (l’énumération faite par votre journal est non exhaustive) ont eu pour conséquence de plomber la compétitivité de la Camtel, classée pour la énième fois dernière entreprise de téléphonie mobile au Cameroun. Même la benjamine Nextell la devance de très loin en termes d’abonnés.

Avalanche de rapports accablants

A la suite du Consupe, la Commission anti-corruption (Conac) et la Chambre des Comptes ont enquêté, séparément, à la Camtel. Leur rapport respectif pointe, avec la même indignation, des actes de prédations d’une rare ampleur. Conséquence, l’opérateur historique de téléphonie mobile au Cameroun est au bord du dépôt de bilan. Sa survie tient année après année du miracle. L’alarme est tirée. Aux dernières nouvelles, le Tcs aurait adressé, mardi, une convocation à Nkoto Emane. Ce dernier répondra-t-il jamais de sa gestion épicière? Wait and see.

© La M�t�o : Michel Tafou

 

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau