Cameroun,Université de Yaoundé 1: Un déficit de plus d’un milliard pour débuter l’année

 

Lors de la présentation des vœux au Recteur de l’Université de Yaoundé 1, Pr Maurice Aurélien Sosso, un bilan élogieux a été présenté malgré l’annonce pour l’entame de l’année 2016 d’un déficit budgétaire estimé à plus d’un milliard de Fcfa.

En prenant la parole en premier pour présenter le bilan de l’année 2015, le Pr Jean Emmanuel Pondi, Secrétaire General de l’Université de la parole en premier pour présenter le bilan de l’année 2015, le Pr Jean Emmanuel Pondi, Secrétaire General de l’Université de Yaoundé 1 aura d’abord noté que 2015 fut une année de succès. Avec une grande propension à innover l’UY1 aura procéder à la remise des diplômes à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) et à la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB). 

 

Une chose qui n’avait plus été vu depuis des années. Ensuite le volet social avec le fonctionnement effectif du centre médico-social qui affiche 5164 visites médicales systématique des nouveaux étudiants, 900 dépistages volontaires d’étudiants et personnels avec à la clé 30 cas dépistés séropositifs ; aura permis de comprendre l’importance d’avoir une attention particulière sur la santé des futurs travailleurs de la république.

Dans le volet de la recherche scientifique et de la coopération internationale, Pr. Jean Emmanuel Pondi notera également l’admission de deux Enseignants de l’Université dans deux structures de prestiges internationalement connues. En ajoutant la consolidation à plusieurs au sein de l’Agence Universitaire de la Francophonie du Pr Assako Assako. Dans le domaine sportif et culturel, le Cameroun va éclore son génie lors de l’organisation de l’UNIFAC (Festival Universitaire des Arts et de la Culture) en occupant la 2e place au classement général remportant au passage 4 épis d’or, 2 argent et 3 de bronze. Sans compter sa première place glanée lors des Jeux Universitaires, la gloire aura été du côté de la mère des Universités camerounaises.

Pour le Recteur de l’Université Pr Maurice Aurelien Sosso, s’il y a beaucoup de chose à réaliser pour prétendre atteindre les objectifs assignés à l’Université de Yaoundé 1, une nette amélioration des performances est à noter. Depuis 2012, date de son arrivée, la cadence des soutenances à presque doublée. D’après ces précisions, au cours de l’année 2014-2015, 138 thèses de Doctorats PHD de la faculté des Sciences ont été effectifs. Alors que pour la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines, ce sera 111 thèses présentées. Ce qui fait un total de 249 thèses comparativement à la moyenne de 50 thèses présentées en 2012 par Etablissement sous tutelle de l’Université. En rappelant que l’Université de Yaoundé 1 accuse un déficit de plus d’un Milliard et demi, il ajoutera que le budget de l’année 2016 sera bel et bien exécuté comme prévu.

Dans le fonctionnement de l’administration, l’allocation familiale a semblé être un problème épineux. Accusant les anciens responsables de l’Université d’incompétence, Maurice Aurélien Sosso va préciser qu’ils sont à l’origine d’une dette importante de plus de 398

millions de Fcfa suite à l’application d’une retenue de 3 u lieu de 12omme le veut la réglementation. D’après les dires du Recteur depuis 2014, cette dette est montée à 100 millions. En 2015, elle s’élève encore à 100 millions de plus et depuis Janvier 2016 ajouté au moratoire de 8 millions demandé à la CNPS pour les pénalités, doivent s’ajouter 50 millions de Fcfa.

Au final ce sera tout de même un recteur conscient de la difficulté avenir de remettre à niveau les infrastructures d’accueil des étudiants de l’Université de Yaoundé 1 car seulement en ce qui concerne les repas à servir au quotidien, 1000, 2000 voire 3000 repas demeure encore insuffisants avec une batterie de cuisine vieillissante. En comptant les bâtiments vieux de l’Université, la tutelle aura sans aucun doute du pain sur la planche.

Réaction

Pr Maurice Aurélien Sosso, Recteur de l’Université de Yaoundé 1

Que compte faire le recteur dans les prochaines années pour améliorer la qualité de l’éducation et de l’environnement des étudiants ?

Bien sûr que dans un processus d’amélioration de la qualité, les efforts devraient être fait tous les jours pour l’amélioration de la qualité de l’éducation. Dans le domaine financier, infrastructurel, numérique, éthique et social nous devons faire un effort de bâtir une Université moderne et compétitive. Il y a beaucoup de chose à faire mais l’on ne peut pas tout embrasser en même temps. Nos priorités actuelles se situent dans le numérique éducatif à la massification qui va permettre de résoudre tous les problèmes qui étaient constatés au sein de l’Université d’avant. Vous savez qu’avec la télé évaluation on a les résultats tout de suite et à la fin de l’épreuve ! Une minute après l’on génère les résultats. On gagne ainsi en temps. Il s’agit en réalité d’investir dans l’intelligence, les savoirs et pour que les savoirs génèrent les richesses et la créativité par l’innovation. Par ricochet le développement du Cameroun et de la Sous-région.

N’oublions pas que les Universités sont un ascenseur social pour ceux qui les fréquentent et ne saurait être un lieu de piété. A la fin de l’Université, vous devez vous élever sur le plan social, dans les familles, etc. C’est ce qu’on attend dans la société.

© Camer.be : Yannick Ebosse

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau