Cameroun: Un cadre de la Communauté urbaine de Yaoundé accusé de meurtre

En fuite depuis le 1er mai dernier, le chef de cabinet du délégué du gouvernement est recherché par la gendarmerie.
 

C'est à moins de 60 mètres du lycée d’Afanoyoa dans la périphérie de Yaoundé que le jeune Yves Augustin Azembe Manga, mototaximan, 23 ans, a trouvé la mort le 1er mai dernier. Ce lieu devenu tristement célèbre attire toujours la curiosité de nombreux élèves et enseignants de l’établissement du coin qui sont obligés de passer par là pour rejoindre l’école. 237online.com Quelques images témoignent encore de la colère des habitants suite au drame survenu dans cette localité de Yaoundé 3ème. Le magasin construit en matériaux provisoires qui a subi la colère des habitants est désormais méconnaissable. Seules quelques braises sont encore visibles. C’est à l’intérieur de ce magasin que le jeune Azembe qui travaillait sur la ligne Ahala Afanoyoa a été froidement abattu le 1er mai aux environs de 19 h. Son présumé assassin n’est autre qu’Expedit Mballa, chef du service des relations publiques à la Communauté urbaine de Yaoundé, chef de bloc à Afanoyoa et militant du Rdpc. En face du lycée, se trouve le domicile de Joseph Edoa qui est l’oncle d’Expedit Mballa. Au moment où nous sommes allés à sa rencontre hier après-midi, Joseph Edoa disputait une partie de Songho avec quelques amis. Quand on veut aborder avec lui les circonstances du drame survenu le 1er mai dernier, Joseph Edoa nous conseille de rencontrer la famille d’Yves Augustin Azembe. « Allez d’abord qu’ils vous disent ce qui s’est passé. Lorsque vous aurez leur version, venez me voir je vais vous dire la vérité », recommande t-il. A peine Joseph Edoa vient de terminer ses propos, Georgette, une fille d’environ 17 ans fait son apparition. Celle-ci se présente comme étant la sœur cadette du défunt. Elle rentre à la maison après les classes. Pour en savoir sur les derniers instants et les circonstances de la mort tragique de Yves Augustin Azembe, Georgette décide de nous conduire à leur domicile, où vivait également le défunt, afin de rencontrer ses parents. Arrivé sur les lieux, l’on constate que sa mère et sa grand-mère sont absentes. « Je viens d’apprendre qu’elles ont été convoquées à la police. 237online.com Je me souviens juste que ce 1er mai, j’ai mangé le poisson et du riz ici à la maison avec mon frère. On est venu lui dire que « Ma mère » (sobriquet d’Expedit Mballa, Ndlr) voulait le voir. Quelques temps après l’avoir rejoint, j’apprends qu’il a été tué », raconte Georgette. Joël Ngoungou, ami du défunt raconte : « Ce soir du 1er mai, j’étais avec Azembe chez ma mère. Depuis quelques mois mon ami a des problèmes avec l’employé de maison d’Expedit Mballa. Lorsque ce dernier nous a convoqués ce soir chez lui, j’ai été surpris de le voir demander à mon ami de se coucher par terre pour qu’il le bastonne. Mon ami a refusé. Lorsqu’il s’est levé pour partir, Expedit Mballa a pris son arme. La suite de l'article dans un instant sur 237online.com

 

237online.com
 
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau