Cameroun – Professionnels des médias : le SNJC exige l’application de la Convention collective dès le mois de juin 2016

« A partir  du 30 juin 2016, la convention collective des journalistes sera appliquée de gré ou de force par les patrons d’entreprises au Cameroun », a lancé le bureau exécutif du Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) lors d’une rencontre tenue ce jeudi 18 février 2016 à Douala.

 

Le Bureau exécutif national du Snjc | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

Le Bureau exécutif national du Snjc | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

Denis Nkwebo, président national, Mathieu Nathanaël Njog, secrétaire général, Charles Cacharel Ngah Nforgang, secrétaire national à la communication et aux alertes, Hilaire Hamekoue, vice-président chargé des relations internationales, ont largement échangé sur la question devant un parterre de journalistes nationaux et internationaux.

 Pour eux, l’heure est à l’application immédiate de la convention collective. « Nous avons indiqué au Ministre de la Communication, au Ministre du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss) et à la Commission de délivrance de la carte de presse que le combat au sujet de la convention est gagné d’avance », ont-ils déclaré. Ces derniers ont rappelé l’importance de ladite convention qui concerne non seulement les journalistes mais aussi les professionnels des métiers connexes de la communication sociale. « Il s’agit là d’un texte dont la mise en application apparaît comme un pas supplémentaire dans l’effort de structuration et de consolidation de l’entreprise de presse, en même temps qu’elle aide à l’assainissement de la profession », précisent le Bureau exécutif national (BEN) du SNJC.

Urgence des délégués du personnel

Au centre de la communication du syndicat, il a été question d’évoquer la  plainte contre les patrons de presse au Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, les audiences du Ben avec les ministres de la Communication et du Travail, ainsi que la récente rencontre avec les membres de la Commission de la carte de presse. L’accent a aussi été mis sur l’urgence d’organiser les élections des délégués du personnel dans les entreprises de presse. Conformément à la convention collective qui mentionne en son article 19: « dans chaque établissement inclus dans le champ d’application de la présente Convention et occupant plus de 20 Travailleurs, il sera institué des Délégués du personnel, titulaires et suppléants, conformément à la législation et la réglementation en vigueur ». En outre, le même texte dit que les élections des délégués du personnel ainsi que l’exercice de leurs fonctions sont régis par les dispositions légales et réglementaires en vigueur.

A ce propos, le secrétaire général du SNJC a informé de ce que selon le calendrier du Mintss, la campagne électorale pour les délégués du personnel a démarré depuis le 12 février et s’achève le 28 du même mois. « Pour les médias ayant 20 à 50 employés (pas journalistes) il faut présenter une liste de 2 délégués titulaires et 2 délégués suppléants. Le tout n’est pas de détenir les cartes de presse du Snjc qui vous donne des ouvertures sur l’international. Il est temps de travailler avec vos collègues pour présenter des listes », argue Mathieu Nathanaël Njog qui n’a pas manqué de déplorer le faible engouement des journalistes de différents médias quant aux élections. « Le délégué du personnel est la courroie de transmission entre l’employeur et l’employé. L’élection ne concerne pas que les journalistes, mais aussi les secrétaires, gardiens… tous ceux qui travaillent dans l’entreprise », a sensibilisé ce dernier interlocuteur. Le délégué travaille à développer l’entreprise. Son rôle n’est pas d’organiser les grèves (dernière étape après tous les autres recours), a laissé entendre le Ben comme pour encourager les uns et les autres à œuvrer pour le bien de tous.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau