Cameroun: PROCES LAZARE KAPTUE CONTRE BENJAMIN ZEBAZE, AMBROISE KOM ET LE JOURNAL OUEST-LITTORAL

La seconde audience du procès cité a eu lieu hier mardi 16 février au tribunal de première instance de Bangangté en présence de toutes les parties. Le professeur Lazare Kaptué est arrivé dès 8 heures et a assisté tout seul à  l’audience.

Le procès a été renvoyé au mois prochain malgré les protestations des avocats du président de l’UdM qui voulaient un renvoi rapide pour en découdre.
Le problème est qu’on n’est même plus sûr que ce procès se déroule un jour, pour des motifs que je réserve en priorité aux lecteurs du journal « Ouest Littoral » dans sa prochaine parution et que je publierai sur ma page facebook plus tard. Des documents très instructifs seront publiés.

Le professeur Kaptué accusé de faux sur un document authentique

Quelle n’a pas été notre surprise de constater que le professeur Lazare Kaptué avait falsifié un acte important de la procédure ? En matière de procès, surtout en ce qui concerne le délit de presse, l’accusé a 5 jours après réception de la citation directe pour donner tous les éléments de preuves qu’il entend utiliser devant le tribunal. Cette citation est par conséquent capitale et de toute façon, puisque délivrée par un huissier, a le caractère d’un acte authentique.

Par un hasard terrible, nous avons découvert que la citation directe que l’huissier avait fait signer par Kom et moi, n’était plus celle que le professeur Lazare Kaptué a déposé dans le dossier de la Juge. Plus grave, celle d’Ambroise Kom était différente de la mienne qui elle-même l’était de celle de la juge ; mais les trois avaient la…signature de mon représentant et les deux celle d’Ambroise Kom.
Il s’agit en droit d’un faux sur un acte authentique qui est passible de 10 années de prison.

Lazare Kaptué a menti sur son âge

Pourquoi cela ? Vous savez que Lazare Kaptué m’accuse d’avoir écrit qu’il était âgé de près de 85 ans. Il a alors rédigé un droit de réponse dont il a inondé les réseaux sociaux et dans lequel il affirme avoir 76 ans.

Devant la Juge, le mensonge ne pouvait plus tenir et il était obligé de donner son vrai âge : 81 ans (voir les documents envoyés)
En trafiquant ces documents, il a voulu me priver de mon moyen de défense et a commis ce qu’on qualifie en droit de « crime », consistant à falsifier un document authentique.

Une plainte pour faux contre lui à Yaoundé

L’avocat d’Ambroise Kom a immédiatement porté plainte pour faux à Yaoundé. Je me réserve le droit de faire autant à Douala. La magistrate le mois prochain sera dans l’obligation d’ajourner le procès de Bangangté en attendant les deux décisions qui risquent d’envoyer la professeur en prison, même si à son âge il pourrait s’agir de sursis.
Voilà qui confirme ce que j’ai toujours dit : que les magouilles et les tripatouillages du Rdpc avaient fait leur lit à l’UdM et c’est pour cela que Lazare Kaptué, qui ne « connait plus son âge », doit partir ; vite.

Camer.be

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau