Cameroun – «Paul Biya est un sage», selon Muhammadu Buhari

 
Abuja, 4 mai 2016. L’après-midi est à peine engagée lorsque l’aéronef transportant Paul Biya, son épouse Chantal et leur suite quitte le tarmac de l’aéroport international Dr Nnamdi Azikiwe situé dans la capitale politique du Nigeria. C’est la fin d’une riche et émouvante visite d’amitié et de travail de deux jours du chef de l’État camerounais chez le grand voisin.

Son homologue, Muhammadu Buhari, mettra de longues minutes à regarder l’appareil disparaître au firmament. Et, lorsqu’il se retire de nouveau au salon d’honneur pour passer quelques dernières consignes à des collaborateurs, le président nigérian prendra à part une poignée de proches pour leur confier son sentiment à chaud. Et c’est un de ces officiel qui à son tour relatera l’aparté à d’autres dignitaires.

«Cet homme me fascine, débute ainsi Muhammadu Buhari parlant de Paul Biya. A chaque occasion qu’il nous a été donné d’échanger, j’ai trouvé en lui un grand homme d’État et un sage.» Le président nigérian citera en exemple la résolution pacifique du conflit territorial de Bakassi, ou encore l’ouverture d’esprit de son homologue dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram, marquée aujourd’hui sur le terrain par des victoires éclatantes et écrasantes des armées de leurs deux pays – souvent à travers des opérations coordonnées de part et d’autre de la frontière terrestre. Depuis lors, la petite confidence de Muhammadu Buhari fait le tour du landernau politique à Abuja, suscitant des commentaires admiratifs dans les salons huppés.

Succès contre Boko Haram

C’est que Paul Biya a, selon plusieurs de ses accompagnateurs, conquis les cœurs lors de ses deux jours de visite en terre nigériane. En témoigne son nouveau titre honorifique de citoyen de la ville d’Abuja, une ville dont les clés lui ont été remises mardi par le ministre nigérian en charge de la Capitale fédérale, Mohammed Bello.

En témoignent aussi l’accord commercial et le mémorandum d’entente relatif au mécanisme de gestion des ressources en eau du bassin de la Bénoué, signésentre les parties. On n’oubliera pas cette forte déclaration de Paul Biya himself à l’endroit de son «frère et ami», lors du dîner d’État offert en son honneur : «Ma visite fait suite à celle que vous avez effectuée à Yaoundé l’année dernière, visite qui a incontestablement représenté un tournant dans nos relations. Dans l’histoire des rapports entre le Nigeria et le Cameroun, il y aura désormais un avant et un après juillet 2015.»

Ou encore : «C’est une nouvelle ère qui s’ouvre dans les relations entre nos deux pays. Nos entretiens de ce jour et la signature des accords qui a suivi me le confirment. J’en suis heureux. J’ai le sentiment en effet que cette évolution répond non seulement aux intérêts de deux parties, mais aussi aux souhaits des peuples nigérian et camerounais. C’est pourquoi je ne doute pas que cette étape que nous allons parcourir ensemble sera couronnée de succès.»

Le même climat de concorde retrouvée transparaît clairement dans le communiqué final publié à l’issue de la visite du président camerounais au Nigeria. On y apprend ainsi, s'agissant des questions de sécurité, que «les deux présidents ont noté avec satisfaction les succès obtenus jusqu'à présent dans la lutte contre l'insurrection de BokoHaram et ont condamné les activités meurtrières perpétrées par ce groupe dans les deux pays et les autres pays du Bassin du lac Tchad».

Ils ont également salué les efforts déployés par les armées camerounaise et nigériane dans le cadre de la Force multinationale mixte (Fmm), en particulier les deux opérations conjointes, couronnées de succès, menées récemment à Ngoshe et Kumshe, à l'intérieur du territoire nigérian et les opérations de déminage en cours menées par les militaires des deux pays, afin de mettre un terme aux activités des terroristes.

C’est donc un Paul Biya auréolé d’un autre prestige à l’international qui est retourné mercredi dernier à Yaoundé.

Camer.be
 
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau