Cameroun : Lydienne Yen Eyoum : Au-delà de la libération, son comité de soutien demande le rétablissement dans ses droits

En plus de la libération de l’avocate française d’origine camerounaise, Lydienne Yen Eyoum, son comité de soutien veut un rétablissement dans ses droits.


Dans une déclaration remise à KOACI ce jeudi, le comité de l’avocate française Lydienne Yen Eyoum, demande à nouveau, la « libération » de l’avocate française, dont la détention est jugée illégale par le comité des droits de l’homme de l’Onu, mais aussi, le « rétablissement » dans ses droits. 

Après une longue procédure judiciaire, qui a débuté un certain 8 janvier 2010 (date de son arrestation), et qui a abouti le 9 juin 2015, à la confirmation de la condamnation par la Cour suprême du Cameroun, de l’avocate à 25 ans d'emprisonnement ferme, ainsi qu'au paiement de la somme de 1.153.444.981 FCFA, solidairement avec feu le Ministre Henri Engoulou, jugé alors qu’il est décédé et Monsieur Ngwem Honoré qui ne vit plus au Cameroun, à titre de dommages et intérêts et à la confiscation de tous leurs biens, les proches de la française d’origine camerounaise ont envisagé une grâce présidentielle.

Le 3 juillet 2015, devant son homologue français en visite au Cameroun, Biya promet la libération de l’avocate française si tel est le « souhait » de la concernée, précisera le numéro un camerounais.

Plus tard, Yves Leconte, sénateur des français de l’étranger, en visite au Cameroun, confirme que la demande de grâce a été formulée.


Armand Ougock, Yaoundé

Source : koaci

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau