Cameroun - Lycée classique de Dschang: Un enseignant accusé de viol d'une élève

Il aurait commis son forfait dans l’après-midi du jeudi 7 janvier dernier.

Cameroun - Lycée classique de Dschang: Un enseignant accusé de viol d'une élève

Une folle nouvelle agite les milieux de l’éducation dans le département de la Menoua depuis la première semaine de la rentrée scolaire du deuxième trimestre 2015-2016. Celle-ci fait état d’un abus sexuel impliquant un enseignant en service au lycée classique de  Dschang. En plus d’être abominable, l’acte aurait été commis dans l’enceinte de l’établissement, dans une salle de classe. D’après plusieurs sources, l’enseignant dispensant les cours d’anglais, plus connu sous le pseudonyme de «gynécologue», aurait profité d’un moment d’isolement en classe de 5ème M2 avec Eunice N, élève en classe de 5ème M4, pour passer à l’acte. Pendant qu’il abusait sexuellement de cette gamine, il aurait été surpris par certains élèves qui n’ont pas hésité malgré ses supplications, à le dénoncer auprès de l’administration du lycée. Mais, nous informe-t-on, le proviseur aurait choisi  de faire la sourde oreille « pour ne pas salir la réputation de son établissement». Conseillant aux élèves et ses collaborateurs de ne pas propager la nouvelle. Malgré cela, rien n’y fait. Grâce au téléphone arabe, la nouvelle circule telle une trainée de poudre. Avant la tombée de la nuit, la nouvelle alimentait déjà les conversations dans la ville de Dschang.

Le vendredi 8 janvier 2016, elle aurait convoqué l’ensemble de son personnel pour statuer sur le sort de ce collaborateur. Les autres enseignants auraient au cours de la rencontre requis une clémence pour leur collègue, à condition qu’il rassure de ne plus reprendre. Ce qui signifie que l’enseignant accusé allait reprendre ses cours comme rien ne s’était passé. Faux! rétorque un responsable de cet établissement, qui a requis l’anonymat. Celui-ci renseigne que des sanctions provisoires ont  été prises à l’encontre de cet enseignant. «Nous lui avons retiré les cours qu’il dispensait», précise-t-il, avant de nous renvoyer vers le proviseur pour amples informations. Nos différentes tentatives de joindre Mezazem Madeleine, proviseur du lycée classique de Dschang, sont restées vaines. De même que pour avoir l’enseignant accusé. Mis au parfum de cette nouvelle, le préfet du département de la Menoua, a envoyé son 2ème adjoint s’en imprégner au sein de l’établissement.
La famille d’Eunice aurait entamé des procédures judiciaires contre le bourreau présumé de leur fille. Certaines sources indiquent que «gynécologue» ne serait pas à son coup d’essai. Il serait parti d’un lycée de la ville de Bafoussam, alors que de lourds soupçons de viol des élèves, pesaient contre lui.

Vivien Tonfack

 

 

 
 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau