Cameroun: la France soutient la montée en puissance d'un groupement d'unités spéciales

Après les MRAP américains, voici le tour des P4 françaises

L'ambassade de France au Cameroun a remis, fin janvier, des équipements aux forces armées camerounaises. Signe de la volonté française de soutenir le Cameroun dans sa lutte contre Boko Haram comme l'a expliqué l'ambassadeur Christine Robichon:
"C'est pourquoi elle apporte sa contribution à la montée en puissance d'un groupement d'unités spéciales créé par décret du Président Biya du 23 juin 2005. Une première unité de 32 commandos a suivi l'an dernier, en plusieurs phases, un cycle complet de formation au combat non conventionnel dispensé par les spécialistes des Eléments Français au Gabon. Avec la réception d'équipements individuels spécifiques, cette unité commencera son entraînement opérationnel. Une deuxième unité de 40 commandos a entamé, en septembre, une formation initiale qui la conduira, début mars, à la phase de combat non conventionnel. Une troisième unité devrait entrer en formation à la fin de l'année. Simultanément, la France apporte aussi son expertise à la constitution d'un Etat-major chargé de commander le groupement sous les ordres du Colonel Metogo."

La formation dispensée par la France a aussi porté sur la lutte contre les EEI. L'ambassadeur a déclaré que "les Eléments Français au Gabon ont formé l'an dernier, au sein de la Direction du Génie, près de 120 spécialistes moniteurs, destructeurs d'IED et ouvreurs d'itinéraires. Ces spécialistes sont déjà à l'oeuvre dans l'extrême-Nord. D'autres stages pour former d'autres spécialistes du Génie sont déjà planifiés en 2016. La France va également contribuer à la mise en place d'un pôle d'expertise IED afin de contrer encore plus efficacement les systèmes explosifs utilisés par Boko Haram et d'épargner ainsi toujours plus de vies humaines."

Le soutien français s'est, enfin, matérialisé par le don de "11 véhicules légers tactiques P4, en parfait état de fonctionnement, équipés de leurs armes collectives et de leurs postes de transmissions, de 40 gilets pare-balles et d'autant de casques. D'une valeur de 318 millions de FCFA, cet ensemble d'équipements est tout à fait adapté aux missions des unités spéciales. Il leur conférera la mobilité, la rapidité et la souplesse d'exécution, mais aussi la puissance de feu et la protection individuelle nécessaires aux missions qui pourront leur être confiées." Les spécialistes apprécieront la "mobilité", "rapidité", "puissance de feu" et "protection" qu'offre la P4.

Ce don de P4 avait été annoncé en octobre 2015 par le commandant des Eléments français au Gabon (EFG), le général Vincent Guionie, lors de son passage à Yaoundé.

Ouest-France

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau