Cameroun: Fritz Ntonè Ntonè accusé de vouloir créer des émeutes à Douala

Selon le Journal La Météo de ce lundi 22 février 2016, les populations de la ville de Douala se disent prêts à descendre dans les rues pour manifester leur mécontentement vis à vis de Fritz Ntonè Ntonè, Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (CUD). Pour le journal, l’on pourrait se retrouver dans une ambiance ayant des allures de février 2008, où la colère populaire se tournait contre la cherté de la vie.

Afficher l'image d'origine

Des émeutiers avaient alors brulé des stations services, saccagé des bâtiments administratifs, s’en prennant aussi aux entreprises internationales accusées de piller le Cameroun. «Même pendant les villes mortes de 1992, je n’ai pas vu Douala comme ça», témoigne un entrepreneur libanais de la place.

«L’on n’est pas si éloigné de ces tragiques journées, lit-on. A plusieurs reprises la population a exprimé son mécontentement contre les incessantes casses à tête chercheuse du Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine. Les démolitions des immeubles, le mauvais état des routes secondaires qui n’ont pas été entretenues depuis des lustres… et la corruption, un sujet très sensible. La capitale économique est mal lotie pour ce qui est du développement urbain», nous apprend La Météo.

Selon les colonnes, les nombreux procès contre de délégué du gouvernement auprès de la CUD n’ont eu aucun effet. «Nous avons une caste de privilégiés qui vit au détriment de la majorité qui souffre», s’offusque un habitant de la ville. Il est reproché à Fritz Ntonè Ntonè de ne pas rendre un service de qualité tout en assurant une gestion rigoureuse des deniers publics. «Urbanisme et aménagement urbain; équipement et infrastructures d’interets communautaire; entretient de la voie principale et signalisation; éclairage public et approvisionnement en eau potable; circulation et transport; parkings publics et parcs de stationnement; abattoirs principaux; marchés et foires; musées municipaux; parcs et jardins, cimetières; etc.».

En urbaniste, le délégué du gouvernement ne veille pas au respect des infrastructures et des aménagements installés sur la voie publique, nous dit-on. Pour les populations de Douala, «son bilan est mitigé», et il est qualifié «d’incapable notoire» par le journal.

Géraldine IVAHA

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau