Cameroun - Contrat Désendettement - Développement (C2D): Ce qui coince entre le Cameroun et la France

Au cours de la 10è session du Comité central du contrat de désendettement et du développement (C2D), il a été convenu par toutes les parties que les projets en cours d'exécution pour le compte de l'exercice 2015 doivent d'abord être achevés avant de fixer de nouveaux objectifs pour l'année 2016. 

Au cours de la 10è session du Comité central du contrat de désendettement et du développement (C2D), il a été convenu par toutes les parties que les projets en cours d'exécution pour le compte de l'exercice 2015 doivent d'abord être achevés avant de fixer de nouveaux objectifs pour l'année 2016. Le bilan des investissements a été jugé encourageant, mais des manquements ont néanmoins été soulevés par l'Ambassadrice de France au Cameroun, Christine Robichon. «Tous le projets en cours d'exécution depuis 2015 doivent être terminés. Par la suite, nous fixerons des objectifs solides pour les années à venir afin que le C2D prospère davantage», affirme le chef de mission diplomatique dans les colonnes du quotidien Le Messager du mercredi 10 février 2016.

Le Ministère de la Santé, le Ministère de l'Education de Base et le Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural ont unanimement reconnu l'inachèvement des travaux dans les stratégies sectorielles de leurs départements ministériels respectifs. Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances, encourage tout de même l'effort de tous ces coprésidents qui oeuvrent pour la bonne marche du développement du pays. «Nous voulons réitérer notre engagement pour renforcer notre notoriété aussi bien sur le plan national qu'international», a-t-il affirmé.

1,25 milliards de FCFA ont été décaissés par la C2D dans les domaines des trois ministères cités plus haut. Sur le plan éducatif, une centaine d'école a été créée sur l'ensemble du territoire camerounais. Quelques centres de formation aux métiers bureaux non agricoles ont aussi été mis en place, à en croire les colonnes du journal. «Nous voulons davantage relever la hausse de nos projets afin de permettre à chaque citoyen camerounais de bénéficier d'une éducation prompte», révèle le représentant du Ministère de l'Education de Base.

Sur le plan de l'agriculture, il est question de mettre du matériel pratique pour améliorer les qualités des activités en zone rurale, nous dit-on. Le domaine de la santé quant à lui, consiste en l'approvisionnement des produits médicamenteux et le renforcement du stock des médicament dans les zones rurales.

Géraldine IVAHA

Géraldine IVAHA

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau