Cameroun – Chantiers de L’émergence : Paul Biya au gouvernail des grandes réalisations

Contrairement à une idée faussement répandue, le Cameroun n’est pas seulement le pays où l’on pose les premières pierres.

On y procède également à l’inauguration des ouvrages finis. Illustrations concrètes : la première dame, Mme Chantal Biya, a inauguré il y a quelques jours le Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique de Yaoundé. Quelques jours plus tard, le Premier ministre chef du gouvernement était à Buéa et à Limbé pour évaluer l’état d’avancement des chantiers de la Can féminine prévue en novembre 2016.

Dans le même temps, d’autres chantiers, à l’instar des barrages de Lom Pangar, Memve’elé, Mekin ou le 2ème pont sur le Wouri avancent. Pierre après pierre, parpaing après parpaing, bloc après bloc, couche après couche, dans l’urgence ou à un rythme normal, le programme des grandes réalisations de Paul Biya progresse doucement mais sûrement vers les rivages des grandes réussites. Laquelle réussite relancera la croissance, condition préalable à l’atteinte de la prospérité. Le Cameroun a les moyens de ses ambitions.

La Conférence internationale tenue la semaine dernière à l’initiative du Président Paul Biya et intitulée « investir au Cameroun : terre d’attractivités » dévoilait une vitrine supplémentaire pour affirmer et confirmer cette assertion. Du Nord au sud, de l’Est à l’ouest, dans la paix et l’amour de la patrie, le Cameroun travaille avec détermination pour le progrès et la prospérité de ses enfants. C’est important de le marteler une semaine après la célébration de la fête nationale de l’unité.

Car même les grands chantiers de l’émergence doivent contribuer au renforcement de l’unité et de la solidarité nationale. Une telle entreprise ne va pas sans difficultés. En effet, l’évolution des chantiers physiques est sans cesse menacée par un chantier qui, lui, n’avance pas beaucoup : celui des mentalités, des comportements ou des attitudes, à l’échelle individuelle ou collective.

L’interpellation la semaine dernière d’une dizaine de fonctionnaires dans le cadre des indemnisations du port en eau profonde de Kribi l’atteste à suffisance. Sans préjudice du respect du sacro-saint principe de la présomption d’innocence, il y a quand même lieu de dénoncer et de condamner ces pratiques susceptibles de compromettre la réalisation de certains grands projets. Malgré ces comportements déviants et répréhensibles, rien n’arrêtera la marche en avant du Cameroun.

Terre d’opportunités

L’initiative est déjà saluée dans toutes les chapelles économiques nationales et internationales. Elle suscite déjà autant d’enthousiasme et d’espoir et constituera, sans doute, pour les organisateurs ou pour l’économie nationale, un tournant décisif dans la vision et la projection de ce futur Cameroun que le Président Paul Biya veut radieux et plein de prospérité. Le forum ″investir au Cameroun, terre d’attractivités″ qui a drainé des invités de marques, dévoile au regard des ambitions qu’il affiche, une relance de l'économie et un virage important dans la vision et l’ouverture qu’offre le Cameroun à l’intérieur et à l’extérieur.

« C’est pour à la fois trouver des solutions pragmatiques en vue d’améliorer les conditions d’investissements au Cameroun et présenter son immense potentiel économique à travers ses projets les plus emblématiques que le gouvernement camerounais a décidé d’organiser ces assises destinées à approfondir les opportunités considérables d’investissements du pays », précisaient les organisateurs. La conférence qui a réuni au moins 500 participants venus d’horizons divers, étai une vitrine à travers laquelle s’exposait cette terre en friche pleine d’opportunités, avec un potentiel d’investissement à peine entamé.

Tous les secteurs sont à explorer et constituent autant de gisements d’investissements: agricultures, transports, industries extractives et minières, banques et services, tourisme… Le Président de la république, S.e. Paul Biya, initiateur de cette rencontre stratégique ne s’y est pas trompé. Avec sa capacité extraordinaire à faire face aux turbulences et perturbations internationales, défiant parfois l’atonie de l’économie sous régionale et mondiale, le Cameroun étonne et fascine en même temps.

Malgré les crises et chocs intérieurs, la croissance reste à un taux enviable de 6%, ce qui, du point de vue économique, traduit soit un certain dynamisme interne, ou tout au moins, indique que les fondamentaux existent et qu’il faut simplement les renforcer. Car, ici, la croissance se diversifie, consolidée par une forte demande qui s’appuie elle-même sur la consommation des ménages, l’amélioration des services, les facilités de transferts monétaires et la stabilité des prix de l’énergie.

Cette grande campagne de séduction vient opportunément rappeler que la croissance doit beaucoup et surtout à l’investissement public et privé. rien de mieux donc que des hommes pétris d’expérience, des experts bien outillés, des hommes d’action que sont les créateurs de richesses pour trouver ensemble des réponses aux questions qui se posent autour du décollage effectif du Cameroun et de son projet d’émergence en 2035. Il sera donc important, ″pour mieux vendre le produit Cameroun″ de définir un ensemble de bonnes pratiques publiques et privées encourageant l’innovation, l’attractivité, la propension à investir, à entreprendre et à travailler dans un environnement compétitif, assaini et attrayant.

La stabilité et la croissance économiques que l’on observe actuellement se font en dépit d’un environnement administratif qui peine à intégrer les réformes profondes voulues et initiées par le Président Paul Biya. Les performances économiques moyennes du Cameroun sont la conséquence des manquements divers. Il va de soi que pour que le secteur privé et les mécanismes du marché jouent pleinement leurs rôles, il faut une bonne administration, une fonction publique efficace, rapide et compétente, un environnement sociopolitique stable, un cadre réglementaire, fiscal et juridique moderne. Bien entendu des hommes et des femmes engagés et patriotes animés d’un esprit du bien commun pour le développement du pays.

La rencontre de Yaoundé aura atteint ses objectifs si le parterre des personnalités présentes réussit à convertir les mentalités vers un patriotisme économique qui transforme les pesanteurs humaines actuelles en des pôles d’excellence que le Chef de l’Etat appelle de tous les vœux.

Camer.be

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau