ARMÉE : Le Grand-Nord exclu des postes stratégiques

Les hauts gradés du septentrion ont été nommés à des charges de moindre importance.

Une lecture attentive des nominations au ministère de la Défense du 17 février dernier  permet de comprendre que les ressortissants du Grand- Nord ont été mis à l’écart des postes  stratégiques. Dans l’administration centrale par exemple, sur les six contrôleurs nommés par le Chef de l’Etat, ne figure aucun nom originaire du Septentrion. C’est le même constat qui est fait au niveau de l’inspection générale des armées, de la division de la sécurité militaire et de la coopération militaire.

Au niveau des états-majors centraux, les postes les plus prestigieux sont également attribués, pour la majorité, à des ressortissants des régions du Centre, du Sud et du Littoral. L’observation peut s’étendre au renseignement militaire et dans plusieurs directions du Mindef. On peut répertorier, entre autres, la direction des Affaires administratives et règlementaires qui est désormais occupée par le colonel Roger Sandio, la direction des Ressources humaines, elle, a pour directeur Félix Nji Fomekong, la direction de la Justice militaire est assurée par Jean Legrand Mvondo Akoutou.

Aucun nom du Grand-Nord ne figure également sur la liste des officiers magistrats nommés au parquet dans certains tribunaux militaires notamment à Garoua et Bertoua. C’est pareil pour les officiers magistrats militaires nommés au siège du tribunal militaires de Yaoundé. Le constat peut s’élargir au génie militaire, aux centres d’instruction, dans les commandements des bataillons d’infanterie motorisés et dans certaines bases navales.

A la gendarmerie nationale, les personnels des régions septentrionales sont aussi lésés dans les postes importants dans les services centraux, entre autres les directions et les services, dans les commandements territoriaux, à savoir les légions et les centres d’opérations de la gendarmerie. Toutefois, on aperçoit quelques noms d?officiers nordistes dans les nominations opérées par Paul Biya. Le médecinchef de l’hôpital militaire de région n°1 est le colonel Jacba.

© L�Oeil Du Sahel : DOUWOUR� OUSMANE

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau