africains qui laissent planer le doute sur leur appartenance ou non à la franc-maçonnerie

Le magazine Jeune Afrique vient de dresser une liste non exhaustive des présidents africains (au sud du Sahara) qui revendiquent leur appartenance à la franc-maçonnerie, ceux qui la démentent ou encore ceux qui laissent planer le doute sur leur appartenance à cette loge.

Afficher l'image d'origine

L’on y apprend dans un article publié sur le site internet du magazine ce 2 mars, que souvent cité comme membre de cette «association essentiellement philosophique et philanthropique», «personne n’a jamais croisé ce rosicrucien (membre de l’ordre de la Rose-Croix) dans une réunion franc-maçonnique». Le journal classe donc Paul Biya parmi les présidents africains qui entretiennent le doute sur leur appartenance à cette loge, tout comme Ibrahim Boubakar Keïta (Mali),Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale), Thomas Boni Yayi (Bénin).

Ceux qui se réclament membres de cette secte sont également listés. Il s’agit de Alpha Condé (Guinée), -- son ancrage à gauche l’a naturellement amené à intégrer le Grand Orient de France --; Hery Rajaonarimampianina(Madagascar), Idriss Déby Itno (Tchad), Faustin Archange Touadéra et Anicet Dologuélé (RCA) -- les deux candidats au second tour de l’élection présidentielle du 14 février le sont, tout comme nombre de candidats au premier tour --; Denis Sassou Nguesso (Congo), Faure Gnassingbé (Togo), Ali Bongo Ondimba (Gabon) -- comme son père avant lui, il est grand maître de la Grande Loge du Gabon. On le voit prêter serment dans une vidéo devenue virale sur internet --.

La troisième catégorie selon Jeune Afrique est constituée des présidents africains qui démentent leur appartenance à la franc-maçonnerie. Il s’agit d’Alassane Dramane Ouattara (Côte d’Ivoire), Ismail Omar Guelleh (Djiboutie), Joseph Kabila (RD Congo) -- approché par les frères gabonais et congolais, il a décliné la proposition. Mobutu, qui avait interdit la franc-maçonnerie pendant sept ans, s’était vu refuser l’entrée du temple quand il a voulu se faire initier --; Roch Marc Christian Kaboré (Burkina-Faso) qui a refusé d’être initié, alors même que son entourage le lui a conseillé; et Macky Sall (Sénégal) qui, dans un droit de réponse transmis à Jeune Afrique en 2013, a indiqué qu’il n’a «jamais été franc-maçon, ne l’est pas, et n’envisage pas de le devenir». Son prédécesseur, Abdoulaye Wade, a lui été initié, avant de prendre ses distances avec le culte, apprend-on.

Onana N. Aaron

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau