Affaire Aurier vs affaire Ibrahimovic et compagnie : une justice à deux vitesses

Les médias ont couvert ces derniers temps l’affaire Serge Aurier. Ce dernier a été fixé sur son sort lundi 22 février. La sanction a été révélée le vendredi 26 février. D’autres polémiques du monde du ballon rond plus graves ont obtenu des verdicts différents.

Afficher l'image d'origine

Serge Aurier reportera le maillot du PSG

Serge Aurier sait à quoi s’attendre. Le footballeur de 23 ans avait insulté samedi 13 février dernier dans une vidéo diffusée sur Periscope plusieurs de ses coéquipiers du PSG et son entraîneur Laurent Blanc. Le champion d’Afrique 2015 était en compagnie de Mamadou Doucouré, un autre footballeur professionnel. Les médias français sont revenus en boucle sur cette affaire du dimanche 14 au mardi 16 février la mettant même à la une de certaines éditons de chaines de télévision. Une large majorité de spécialistes ou pas du football ont donné leur avis sur ce fait d’actualité. Certains ont pensé qu’il devait être licencier, d’autres ont exprimé le fait qu’il retrouve le groupe professionnel après quelques matchs de suspension.

La deuxième sanction a été retenue par la direction parisienne à l’issue d’un entretien avec le joueur le lundi 22 février. Écarté de l’équipe première depuis son dérapage verbal sur Periscope, le footballeur ivoirien évoluera donc en CFA, qui correspond à l’équipe réserve, jusqu’au 20 mars. Ensuite il réintégra le groupe professionnel après la trêve internationale du 24 mars et 27 mars. Durant ces dates, le défenseur du PSG défendra les couleurs de sa sélection nationale la Côte d’Ivoire dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017 avec une double confrontation face au Soudan.

Les défenseurs de Serge Aurier

Dans cette affaire qui touche à sa fin, les soutiens n’ont pas manqué pour Serge Aurier. On retrouve notamment son ancien coéquipier en sélection Didier Drogba. L’ancien capitaine de la sélection de Côte d’Ivoire avait communiqué sur son compte Twitter mercredi 17 février. Le footballeur de 37 ans avait publié un message intitulé « une justice à deux vitesses » comme le titre de notre papier. Voici ses propos: « Je ne commente pas toujours ce genre de choses mais au vu de la proportion prise par le #AurierGate et comment mon jeune frère Serge Aurier a été traité ces derniers jours est frustrant, voir énervant« , a ainsi écrit l’attaquant de l’Impact de Montréal.

Didier Drogba reconnaît que le joueur avec qui il a participé notamment à la Coupe du monde 2014 au Brésil avec les Élephants a « fait une erreur », mais selon lui « joueurs (moi inclus évidemment), coachs, arbitres, présidents de club et même supporters, avons tous fait des erreurs ». Pour la star ivoirienne, il vaudrait mieux « former » les jeunes joueurs et « les préparer à un monde où les réseaux sociaux peuvent faire ou défaire une carrière », au lieu de les « pointer du doigt ».

Après Didier Drogba, Samuel Eto’o, l’ancien capitaine des Lions Indomptables a lui aussi tenu à apporter un soutien à l’international ivoirien. « L’erreur est humaine. Bien au-delà des erreurs, l’important est de retenir les leçons que l’on en tire. Ne dit-on pas qu’une faute avouée est à moitié pardonnée ? Courage à toi mon jeune frère et ne regarde au passé que pour mieux avancer » (sic), a-t-il posté sur son compte Instagram le lundi 22 février.

Dans le même registre, le capitaine de l’équipe de France de tennis Yannick Noah avait donné son point de vue jeudi 18 février sur les ondes de RMC en réclamant une seconde chance à Serge Aurier. « Si à chaque fois que j’avais dit une connerie, c’était passé sur Internet. Le mec fait une boulette, ça va. Le cirque ! Donnez-lui une deuxième chance. Je crois qu’il a compris à la seconde où il a vu ça sur Internet. Il devait être tellement mal ! »

Tout comme Blaise Matuidi qui a lui aussi apporté son soutien à son coéquipier en club samedi 21 février après la victoire du PSG face à Reims en championnat (4-1). Voici ce qu’il a déclaré : « Serge, c’est mon ami, c’est l’ami de tout le monde dans le vestiaire, a déclaré l’international français. Il est apprécié par tout le monde. On sait qu’il a fait une erreur, mais l’erreur est humaine. Il s’est fait pardonner [il se reprend] enfin, il a demandé pardon. Je pense qu’il y aura une discussion avec le coach et on espère que ce sera positif. On a besoin de lui sur le terrain comme en dehors. Après, je ne suis pas le président. Je parle en tant que joueur et en tant qu’ami ».

Enfin de manière plus offensive, le rappeur Gradur a soutenu Serge Aurier en taclant Laurent Blanc en faisant référence à une affaire qui avait crée la polémique il y a quelques années. « Laurent Blanc, il croit qu’on a oublié son histoire de racisme. Quand il disait qu’il fallait moins de noir et d’arabes en équipe de France.. », a-t-indiqué sur Twiiter.

Des précédents avec des conclusions identiques

Comme le mentionne Gradur, l’entraîneur du PSG Laurent Blanc avait choqué l’opinion publique en parlant de quotas dans le football français, dans le cadre d’une réunion technique pour relancer le football français, qui s’était déroulé en novembre 2010. « Le Président », son surnom, n’a pas été sanctionné par la fédération française de football pour ses propos. Un autre ancien joueur de l’équipe de France désormais entraîneur à Bordeaux Willy Sagnol a lui aussi été épargné pour d’autres déclarations maladroites. L’homme de 38 ans avait critiqué l’intelligence tactique des joueurs en Afrique dans une interview accordée à Ouest France en novembre 2014. Quand on l’a questionné sur le sujet Serge Aurier, l’ancien joueur du Bayern Munich n’a pas accablé l’Ivoirien.

Voici sa réponse: « Il y a mon avis d’entraîneur et mon avis d’homme. Celui d’entraîneur dit que c’est impardonnable. Mon avis d’homme est différent. J’ai quand même vu certains ex-entraîneurs ou certaines personnes parler de prison. Dans quel monde on vit ? » Puis il a ajouté : « Ce qu’il a fait, sportivement, dans la relation salarié-employeur, ce n’est pas pardonnable. Après, humainement, on a tous fait des conneries. Et on en fera encore tous. Le problème, c’est que dès que ça touche au foot, j’ai l’impression qu’il y a 59 millions de personnes parfaites qui veulent toutes donner leur avis. Alors que ça ne concerne que le PSG, que Serge Aurier, son entraîneur et sa direction. Il y aura aussi des sanctions, mais ça s’arrête là ».

Pas les mêmes faveurs pour Serge Aurier

Le jeune homme qui a vécu à Sevran durant sa jeunesse a sans doute payé sa mauvaise manipulation des réseaux sociaux. Une deuxième erreur qui s’est produite dans ce domaine. La première date de mars 2015 et il avait insulté sur Facebook l’arbitre du match retour face à Chelsea en Ligue des champions. Il avait été puni trois matchs par l’UEFA, l’instance européenne de football. Comme c’était une récidive de la part d’Aurier, la direction parisienne a sanctionné ce qui peut être compréhensible.

Mais elle n’a pas agi ainsi lors du dérapage de Zlatan Ibrahimovic parce que c’est la tête d’affiche du projet qatari. Le footballeur suédois avait réalisé un coup de sang en mars 2015. A la fin d’un match de championnat face à Bordeaux, il avait déclaré ceci à un arbitre avant d’entrer au vestiaire : « En 15 ans, je n’ai jamais vu un tel arbitre dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG. » Il s’est excusé comme Serge Aurier pour ces mots mais le joueur de 34 ans n’avait pas été sanctionné par son club c’était la Ligue de Football Professionnel qui s’en était chargée avec 4 matchs de suspensions à la clé.

Par contre la ligue de Football Professionnel et la fédération française de football ont fermé les yeux sur les dérapages de Laurent Blanc et Willy Sagnol. Les deux hommes ont sans doute été protégés pour leur apport à la sélection nationale quand ils étaient joueurs. Quant à Serge Aurier, il semble être victime d’un délit de faciès ou de discrimination. Toutes ces affaires du ballon rond que j’ai cité ont obtenu une couverture médiatique similaire mais la sentence a été différente pour Serge Aurier par rapport à Sagnol et Blanc et surtout Ibrahimovic vis à vis du club.

Même si les autres affaires se sont déroulées dans d’autres contextes, les joueurs concernés auraient du être punis comme Serge Aurier pour ces bêtises. Dommage que la direction parisienne n’a pas eu le courage de sanctionner Ibrahimovic et s’est rangée sur la sanction de la LFP. Durant cette polémique, l’international ivoirien a tenu quand même à poster une curieuse photo sur son compte Instagram le vendredi 20 février. On a pu apercevoir une lionne qui rugit. On peut la décrypter par une rage folle d’avoir de nouveau manqué de rigueur sur sa communication sur les réseaux sociaux mais surtout de montrer à ses détracteurs qu’il est toujours debout et qu’il prêt à en découdre lors de son retour sur son terrain.

© Source : Nofi.fr

 

 

 

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau